Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

Les quatorze personnes inculpées dans l’affaire de cybercriminalité  portant extorsion de fonds de la banque CBAO ont comparu pour une première fois  ce jeudi 8 juin 2017 devant le tribunal correctionnel de Ouagadougou. Ils sont poursuivis pour complicité de falsification de documents informatiques, de complicité d’escroquerie et de recel.  Ledit dossier est estampillé ministère public et CBAO Burkina contre Hamidou Zongo et 13 autres. Débuté le 1er juin, le procès n’avait pas pu aborder les débats de fonds. C’est donc ce jeudi 8 juin que le procès a entamé les débats sur le fond. Pour ce premier jour des débats, sept accusés et un témoin ont comparu.

Suite aux différents remous que traversent les hôpitaux publics du Burkina depuis un certain temps, dont le cas le plus récent est celui de l’agression de trois agents de santé au Centre hospitalier Yalgado Ouédraogo, le Réseau accès aux médicaments essentiels (Rame) est sorti de son silence. Il a animé une conférence de presse le mercredi 7 juin 2017 à son siège à Ouagadougou.

Le Premier ministre Paul Kaba Thieba est allé ce mardi 6 juin 2017 toucher du doigt les conditions de vie et de travail au sein du centre hospitalier universitaire-Yalgado Ouédraogo. A l’issue de la visite, le directeur général  de l’hôpital Yalgado, Robert Sangaré, s’est réjoui de cette initiative du chef du gouvernement et a surtout apporter sa lecture sur la déliquescence actuelle que vit le centre de santé qu’il dirige. Morceaux choisis. 

La coordination des comités de la confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) des péages vient de suspendre son mot d’ordre de grève. Cette information a été rendue publique au cours d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou, ce mercredi 7 juin 2017. Cette décision, foi des premiers responsables de la structure syndicale, fait suite aux espoirs suscités au lendemain de la rencontre entre le gouvernement et la coordination.

Ouagadougou abrite depuis ce mardi 6 juin 2017, un atelier de lancement technique du Programme régional pour l’amélioration de la réduction des risques et de prise en charge des consommateurs de drogues injectables (Pareco). L’ONG Initiative privée et communautaire pour la santé et la riposte au VIH/SIDA au Burkina (IPC/BF) est chargée de la mise en œuvre de ce programme qui vise à éradiquer le fléau.

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est rendu ce mardi 6 juin 2017 au Centre hospitalier universitaire-Yalgado Ouédraogo (CHU-YO). Objectif de cette visite : constater de visu l’état de déliquescence du plus grand centre hospitalier du pays et échangé avec le personnel soignant et les partenaires sociaux.   C’est très tôt dans la matinée de ce mardi que le chef du gouvernement, accompagné pour la circonstance par le ministre de la Santé, Nicolas Méda et par celui en charge de la Solidarité nationale et de la famille, Laure Zongo/Hien, a entamé sa visite.

La session 2017 du Certificat d’études primaire (CEP) et de l’entrée en classe de sixième a démarré ce mardi 6 juin 2017 sur toute l’étendue du territoire national. C’est au centre «Nagbangré A», dans la commune rurale de Koubri, une localité située à 25 kilomètres de Ouagadougou, que le ministre de l’Education nationale, Jean Martin Coulibaly, est allé donner le top de départ des épreuves de cette session de 2017. L’examen a débuté par l’épreuve de la rédaction. Au total, ce sont 61 925 candidats qui sont en lice au niveau de la région du Centre pour l’obtention de ces diplômes.

Après la série d’agression de membres du personnel de la santé dans des hôpitaux par des accompagnants de malades, le Syndicat des médecins du Burkina Faso (Symeb) affiche ses inquiétudes dans la déclaration qui suit.

Ils sont 45 353 candidats au CEPE 2017 dans les Hauts-Bassins (Ph.SM)

Les épreuves du Certificat d’études primaires (CEP) et de l’entrée en 6e ont débuté ce mardi 6 juin 2017 dans la région des Hauts- Bassins. Dans cette zone, 45 353 candidats vont à la conquête de leur premier diplôme.

Les parents de la victime se concertant lundi dans la cour du CHU

La famille d’Ibrahim Compaoré, ce jeune de 23 ans dont le décès dans la nuit de dimanche à lundi avait été à l’origine de l’agression de trois membres du personnel soignant du CHU Yalgado vont enlever le corps ce mardi 6 juin 2017 pour l’inhumation, selon ce communiqué de l’hôpital.

Le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo, assisté par son collègue des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière Souleymane Soulama, a signé le lundi 5 juin 2017, le contrat de transport aérien des pèlerins pour le Hadj 2017.

Modeste Méda, secrétaire général adjoint du Syntsha/sous-section hôpital Yalgado.

Le personnel de l’hôpital Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou observe depuis ce lundi matin 5 juin 2017, un arrêt de travail de 24 heures. Les agents entendent ainsi protester contre l’agression de trois agents de santé -dont deux internes et un médecin- par les accompagnants d’un malade décédé dans la nuit du dimanche à lundi aux environs de 3h du matin. Le personnel soignant dénonce ce genre d’actes et exige que les agresseurs soient arrêtés et jugés.

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé