Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Lucienne Ariane ZOMA,  Socio-anthropologue, est nommée 1er vice-président du HCRUN
Niger: le grand griot zarma, Djilbo Badjé, s'est éteint à près de 80 ans (RFI)
Santé: le président du Faso a lancé un appel aux populations afin que le paludisme soit vaincu au Burkina Faso d’ici 2030
Burkina: Le tribunal de Djibo  est fermé «jusqu‘à nouvel ordre» pour «raisons de sécurité»
Siao: le Madagascar, pays invité d’honneur de la 15e édition
Burkina:  «Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique» est le thème du Siao 2018 (26 octobre-4 novembre)
Burkina: l’abbé Prosper Bonaventure Ky nommé évêque de Dédougou
Football: l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, du Cameroun et de la Côte d’Ivoire, Henri Michel, est décédé ce 24 avril 2018.
France: Soupçonné de corruption au Togo et en Guinée, l'homme d'affaires français, Vincent Bolloré, en garde à vue.
Burkina: tué lors de l’attaque du camp de la Minusma, le Caporal Yaméogo Ibrahim (35ans) a été inhumé ce lundi au cimetière de Gounguin

© Rapport Perspectives énergétiques des populations pauvres 2016

Dans un rapport intitulé Perspectives énergétiques des populations pauvres, Practical Action, une organisation caritative d’aide au développement, fait le constat que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints si les procédures actuelles de planification ne sont pas revues. Le rapport exhorte ainsi les dirigeants du monde à cesser de se voiler la face et à se tourner vers les énergies renouvelables autonomes.

Les 10 et 11 février prochain se tiendra, respectivement à Kongoussi dans le Bam et à Ouagadougou, la cérémonie officielle de clôture de l’Année internationale des légumineuses. En prélude à l’évènement, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, par ailleurs président de comité d’organisation, a animé une conférence de presse ce lundi 6 février 2017 à Ouagadougou.

Région semi-aride, le sahel a traversé les périodes de sécheresses des années 1970 et 1980 et est affecté par la variabilité spatio-temporelle des précipitations. Des techniques locales ont été donc améliorées par des chercheurs et ont abouti par endroits, à freiner voire stopper le processus de dégradation. « Reverdissement au sahel : résilience, diversité biologique et dynamique de la végétation des écosystèmes », c’est le thème de la thèse de doctorat unique de Ouango Maurice Savadogo pour aborder la problématique. Une soutenance qu’il a brillamment réussit avec la mention « très honorable » le samedi 14 janvier 2017 à l’université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo.

2620 lampes énergétivores utilisées pour l’éclairage public dans la capitale burkinabè, seront remplacées dans un bref délai par des lampes économiques LED, avec à la clé, une économie énergétique annuelle de 1,77 Giga watts et de 216 millions de FCFA.

Ouagadougou a abrité les 14, 15 et 16 décembre 2016 l’Académie nationale sur l’Economie verte, un forum de discussion et d’échanges autour du concept « économie verte ». Il s’est agi plus spécifiquement de  susciter des débats entre les principaux acteurs du changement climatique au Burkina Faso. L’Académie nationale a également été l’occasion d’identifier les opportunités de synergies avec les initiatives et programmes existants dans les pays actifs, dans le domaine du développent durable, en particulier l’Initiative Pauvreté-Environnement, le programme SWITCH Africa-Green et l’Initiative UN CC:Learn.

« Place des énergies renouvelables dans le Plan de développement économique et social (PNDES) », c’est sous ce thème que s’est tenu ce jeudi 1er décembre 2016 au centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou, un panel. Cette rencontre voulue par l’association des Journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (JED), avait pour objectif de porter un regard sur la place qu’accorde le PNDES à la question relative aux énergies renouvelables. Dans une interview qu’il nous a accordée, Grégoire Bazié, président de JED, revient sur ce panel organisé dans le cadre des troisièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE).

 

 Dans cette lettre ouverte, le journaliste Adama Ouédraogo Damiss, inculpé dans l'affaire du putsch manqué de septembre 2015 interpelle le président du Faso sur les conditions de son traitement par le procureur militaire. Il demande de ce fait au chef de l'Etat de faire cesser l'injustice que pratique le sieur Zanré à son encontre.

Dans cette lettre ouverte, Me Paul Kéré interpelle le président du Faso sur l’affaire de la gestion du manganèse de Tambao. L’homme de droit invite le chef de l’Etat à continuer la collaboration avec la Société de droit burkinabè, Pan African Minerals, TAMBAO dans l'exploitation du gisement.

Dans cette tribune, le député Alitou Ido donne sa lecture sur la situation nationale du pays. Le député de l’opposition, ehorte les Burkinabè à Taire les « profondes divergences pour enfin construire le bouclier qu’il nous faut pour protéger, défendre et développer notre cher pays ».

Dans cette tribune, le député Moussa Zerbo de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) tire la sonnette d’alarme quant à la situation de la ville économique du Burkina. Il invite le gouvernement à implanter  la future usine textile à Bobo Dioulasso.

Résumé: Le présent article examine les conséquences du contact entre le jula véhiculaire et les langues maternelles des populations autochtones de la province de la Léraba (située à l’extrême Ouest du Burkina Faso). Une analyse des toponymes, des patronymes, des prénoms et des pratiques langagières dans ladite province nous permet de mesurer l’ampleur du degré d’influence culturel des Jula sur les populations locales qui y vivent. La langue jula est en effet omniprésente dans les pratiques langagières de la population. De même, les noms de familles et de lieux, ainsi que les prénoms y sont en majorité d’origine jula.

Dans ce communiqué de presse, le centre de développement de l’'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) présente les grandes lignes de son étude sur les inégalités de genre SIGI Burkina Faso réalisé en partenariat avec le gouvernement burkinabè et la coopération autrichienne. Dans ladite étude, les chercheurs indiquent que le Burkina Faso gagnerait à prendre en considération  les normes sociales discriminatoires dans sa politique globale de lutte contre les inégalités hommes-femmes.