Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

Le réalisateur ivoirien, Kramo Lanciné Fadika, vainqueur de l'Etalon d'or de Yennenga en 1981 avec son film « Djeli » a désormais sa statue en bronze sur la colonne de bronze dédiée aux lauréats des éditions du Fespaco. L'inauguration de son effigie en bronze est intervenue ce dimanche 26 février 2017 sur l'avenue Thévénoud, à proximité de la place des cinéastes de Ouagadougou. C'était devant le gotha du monde cinématographique africain. Dans cet entretien qu'il a accordé à Fasozine, le réalisateur s'est dit ému de voir sa propre statue en étant vivant.

Les cinéastes africains ont rendu hommage à leurs devanciers décédés. C’était au cours de la cérémonie de libation tenue ce dimanche 26 février 2017 dans la matinée au rond-point des cinéastes. Cette activité traditionnelle d'hommage se tient à chaque édition de la biennale du cinéma africain au lendemain de la cérémonie d'ouverture.

Moteur, ça tourne, action ! La 25e édition du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a officiellement été lancé ce 25 février 2017 à Ouagadougou, au cours d’une cérémonie présidée par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

En marge de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou, le groupe Vivendi, par le biais de sa filiale Canal+, a offert une salle de cinéma ultramoderne -«Canal Olympia»- au Burkina Faso. Ce joyau architectural a été inauguré ce vendredi 24 février par le président Roch Marc Christian Kaboré.

Réseau international d’associations installées en Afrique et en Europe qui crée et gère des unités mobiles de projection à destination des régions enclavées et/ou des populations défavorisées, le Cinéma numérique ambulant, très engagé dans la diffusion cinématographique, compte bien mettre les petits plats dans les grands pour faire rayonner le 7e art à l’occasion de cette 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Son frère ainé, Idrissa Ouédraogo, a été le premier réalisateur burkinabè à avoir remporté l’Etalon d’or de Yennenga en 1991. Rigoureux dans sa méthode de direction, Tahirou Tasséré Ouédraogo espère lui aussi décrocher le graal au soir du samedi 4 mars 2017 avec son deuxième long métrage, «Thom».

Apolline Traoré participe pour la troisième fois dans cette catégorie de la compétition

Seule femme réalisatrice en lice aux côtés de deux hommes, Apolline Traoré participe pour la troisième fois dans cette catégorie de la compétition. Après «Sous la clarté de la lune» au Fespaco 2005, «Moi Zaphira» à l’édition de 2013, elle est candidate à cette édition 2017 de la biennale avec son dernier long métrage, «Frontières», qui pose un regard sur les entraves à la libre circulation.

Le Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel de Ouagadougou (Cenasa), a rouvert ses portes le vendredi 17 février 2017. Cette réouverture intervient après huit mois de travaux de rénovation. C’est un joyau flambant neuf qui a accueilli à l’occasion le gotha du monde culturel burkinabè.

C’est la première fois que ce réalisateur burkinabè est en lice pour la conquête du prestigieux trophée de la biennaleavec «La foret de Niolo».Auteur de plusieurs séries télévisuelles, Adama Rouamba signe là son deuxième long métrage après «Le neveu de l’homme fort» sorti en 2015.«J’ai déjà remporté le grand prix du court-métrage au Fespaco, ce qu’il me reste c’est celui du Long métrage», confie-t-il. Une confidence qui exprime clairement ses ambitions pour cette édition. En effet, son court métrage, «Source d’histoire» avait été sacré grand prix du meilleur court-métrage à l’édition 2003.

La 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision s’ouvre le 25 février prochain dans la capitale burkinabè sous le thème «Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel». Le délégué général de la plus grande manifestation cinématographique du continent, Ardiouma Soma, dégage ici, et pour les lecteurs de fasozine.com, la portée de ce thème.

A 10 jours de l’ouverture de la 25ème édition de la biennale du cinéma africain, le comité national d’organisation a rencontré la presse et les acteurs du cinéma ce jeudi 16 février 2017 à Ouagadougou. L’objectif était de faire le point des préparatifs à mi-parcours pour l’organisation de cet évènement qui focalise le monde du cinéma sur le pays des hommes intègres.

D’un coût global de 75.000.000 F CFA, les nouveaux locaux de  L’Institut national de formation artistique et culturelle (Inafac) ont été rouverts ce mardi 14 février 2017 par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry. 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé