Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

L’Organisation des transporteurs routiers du Faso (Otraf) et l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) viennent ainsi de mettre fin au différend en signant ce lundi un accord de sortie de crise sous l’égide du Premier ministre. 

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré effectuera une visite d’amitié et de travail en République du Ghana, les 17 et 18 septembre 2018, à l’invitation de son homologue Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président de la République du Ghana.

La situation nationale et la rentrée politique du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)  ont été abordées lors de la conférence de presse du parti au pouvoir ce vendredi 14 septembre 2018 à Ouagadougou. Les échanges ont été animés par le président par intérim  du parti, Simon Compaoré, le 2e vice-président Clément Sawadogo et Lassané Savadogo, secrétaire exécutif.

La  73e Assemblée générale des Nations Unies s’ouvrira  le 18 septembre prochain  à New York aux États-Unis. Le Burkina Faso,  à l’instar des 192  autres États-membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) participera à cette Assemblée générale. C’est dans le but d’expliquer les enjeux de la présente session ordinaire des Nations Unies et l’intérêt de la participation burkinabè que le  Centre d’information des Nations Unies (Cinu) en partenariat avec le ministère burkinabè des Affaires étrangères a tenu une conférence de presse  ce jeudi  13 septembre 2018  à Ouagadougou.

L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a fustigé ce jeudi 13 septembre 2018 à Ouagadougou, l’attitude « non républicaine » de l’opposition politique, qui malgré le contexte sécuritaire délétère veut battre le macadam le 29 septembre prochain. Pour Bénéwendé Sankara, « le chef de file de l’opposition politique fait de la surenchère dans l’unique but de créer les conditions d’un mécontentement de nos  populations déjà durement éprouvées par les attaques répétitives ».

La deuxième session parlementaire extraordinaire de l’année 2018 s’est ouverte ce mercredi 12 septembre 2018 et ce jusqu’au 24 septembre. Cette session extraordinaire qui examinera la situation sécuritaire difficile que connait le pays a été convoqué au terme de l’article 88 de la Constitution, qui stipule que l’Assemblée nationale se réunit en session extraordinaire sur convocation de son président, à la demande du Premier ministre ou de la majorité absolue des députés sur un ordre du jour déterminé.

Photo: Burkina 24

Le ministre de l'Education nationale et de l'alphabétisation, le Pr Stanislas OUARO a visité le lundi 10 septembre 2018 à Ouagadougou, trois imprimeries de la place, objectif: s'assurer que les manuels commandés seront livrés dans les délais.

Le samedi 8 septembre 2018, s’est tenue à Ouagadougou une rencontre nationale conjointe organisée par le Collectif syndical CGT-B et la Coordination des syndicats de la Fonction publique (CSFP). Objectif : analyser les objectifs et résultats de la conférence nationale des forces vives de la nation qui s’est tenue en mi-juin dernier sur la réforme du système de rémunération des agents publics de l’Etat et la remise en cause des libertés démocratiques et syndicales.

Photo: présidence du Faso

La ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo a été reçue en audience ce lundi 10 septembre 2018 à Kosyam. Avec  le président du Faso, Roch Marc Christian Kabore,  les échanges ont portés sur la candidature de Louise Mushikiwabo au secrétariat général de  l’organisation internationale de la Francophonie et aussi des relations bilatérales entre les deux pays.

Rentré fraîchement de sa visite officielle en Chine, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré ne pouvait rester indifférent face à la question sécuritaire qui suscite de nombreuses questions, notamment dans la région de l’Est. A cet effet, il a convoqué ce samedi 8 septembre 2018 au palais de Kosyam, le conseil supérieur de la défense. Cette rencontre avait pour objectif d’ « examiner la situation préoccupante sécuritaire dans notre pays, en particulier dans la zone de l’Est ». Au terme des discussions, le chef suprême des armées se veut rassurant quant aux dispositions qui seront prises incessamment en vue « d’éradiquer ce fléau » qui endeuille la Nation.   

Image d'illustration

Du 23 juillet au 4 août dernier, les services techniques du ministère de l’Education nationale ont effectué une visite de recensement des structures privées d’éducation et d’enseignement sur le territoire national. De cette mission, il ressort que 649 établissements ne répondent pas aux conditions édictées par les cahiers de charges. L'annonce a été faite au cours d'une conférence de presse ce vendredi 7 septembre 2018 à Ouagadougou par le ministre Stanislas Ouaro.

L’Union pour le progrès et le changement(UPC) a tenu un point de presse ce jeudi 6 septembre 2018 à son siège à Ouagadougou. Etaient à l’ordre du jour : le fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), la situation sécuritaire et l’éventuelle légalisation de l’avortement au Burkina Faso.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé