Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

Au centre, le DG de la maison de la culture. (Photo: SM)

La maison de la Culture monseigneur Anselme Titianma Sanon de Bobo Dioulasso organise du 9 avril au 8 mai 2017 une grande exposition d’œuvres d’art plastique. Première du genre, cette exposition est l’occasion pour le public de se familiariser à l’art plastique et de se frotter, tout un mois durant, aux créateurs qui seront eux-mêmes sur place pour décoder le langage artistique, à travers l’explication des différentes œuvres.

Le film «Félicité» du Franco-sénégalais Alain Gomis a remporté le samedi 4 mars 2017 pour une 2è fois, l’Étalon d’or du Yennenga du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco 2017). Voici le palmarès officiel de cette 25è édition du Fespaco.

Les rideaux de la biennale du cinéma africain se sont fermés ce samedi 4 mars 2017. Pour une cérémonie de clôture, c’est un palais des sports de Ouaga 2000, refusant du monde qui a accueilli cinéastes, public et autorités avec à sa tête, deux chefs d’Etats (pour la première fois), Roch Marc Kaboré du Burkina et Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire.

Couronné du grand prix du jury (Ours d'argent) à la Berlinale 2017, le film «Félicité» du Franco-sénégalais Alain Gomis a remporté le samedi 4 mars 2017 pour une 2è fois, l’Étalon d’or du Yennenga du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco 2017).

Alain Gomis du Sénégal remporte l'Etalon d'or de Yennenga avec son film "Félicité". Le réalisateur sénégalais, a déjà remporté l'Etalon de Yennenga en 2013 avec Tey. Il a aussi été courroné du grand Prix du Jury (Ours d'argent) à la Berlinale 2017. Voici le résumé de son film fait par Fasozine lors de ce Fespaco. 


La 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) referme ses portes ce samedi 4 mars 2017. En attendant, les différents lauréats des prix spéciaux savourent leur joie de décrocher un prix à cette biennale du cinéma africain.

La lauréate reçoit ici son prix

La 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) referme ses portes ce samedi 4 mars 2017. En attendant, les différents lauréats des prix spéciaux savourent leur joie de décrocher un prix de plus pour certains et le premier prix à ce festival panafricain pour d’autres. C’est le cas de la jeune cinéaste rwandaise, Marie Clémentine Dusabejambo qui décroche pour la première fois, le prix Thomas Sankara avec son court métrage «A place for myself» ou encore «Une place pour moi».


C’est dans le souci d’inciter à une nouvelle dynamique, dans le domaine culturel, que la structure Africalia a lancé le 28 février 2017, un tout nouveau projet. Ledit projet compte s’établir sur une durée de cinq ans (2017-2021). L’information a été rendue publique à l’occasion de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Les portes de la 18ème édition du Marché international du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Mica) se sont refermées ce vendredi 3 mars 2017 du côté de la Salle polyvalente de Ouaga 2000 qui abritait ce rendez-vous des professionnels. En terme de bilan, tout s’est bien déroulé, dixit la directrice Suzanne Kourouma, sauf quelques difficultés de forces majeures. Elle a dressé un bref bilan de cette édition.

Le court-métrage « Ça tourne à Ouaga» de la réalisatrice et chorégraphe burkinabè Irène Tassembédo a été projeté ce jeudi 2 mars 2017 en première au Ciné Burkina dans le cadre de la 25e édition du Fespaco. Cette fiction de 26 minutes relate l’histoire  d’un tournage de cinéma, qui se passe dans la chambre d’une villa de Ouagadougou. Dans ce film, la réalisatrice met à nu les coulisses et certaines réalités vécues dans des plateaux de tournage cinématographique.

«L’orage africain, un continent sous influence», une fiction du réalisateur Sylvestre Amoussou. Un long métrage de 90 mn dans lequel, un chef d’Etat africain nationalise les entreprises occidentales aux dirigeants cyniques et racistes qui tentent vainement de le renverser par tous les moyens. Projeté au ciné Burkina ce 1er février 2017 à l’occasion de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), il a reçu les ovations du public pour ses idées et sa qualité cinématographique.

Lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga en 1995 avec son film Guimba, le cinéaste malien, ancien ministre de la Culture de son pays (2002-2007), a bien voulu nous parler des projets phare de la Fédération panafricaine des cinéastes dont il est le secrétaire général depuis le 5 mai 2013. Non sans avoir donné ses appréciations sur le déroulement de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé