Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

CULTURE

Le 18ème Marché international du cinéma et de la télévision africain de Ouagadougou (Mica) a ouvert officiellement ses portes au monde du cinéma ce dimanche 26 février 2017 à Ouagadougou sous le parrainage du directeur général de la Commission européenne, Stefano Manservisi. Cette année, le marché a fait peau neuve afin de mieux servir les créateurs de programmes.


Le Mica se veut un marché 100% au service des professionnels de la création car, selon sa directrice, Suzanne Kourouma, ces professionnels sont bien souvent confrontés à un manque de cadres propices à la promotion de leurs œuvres. Pour madame Kourouma, le Mica nouveau se veut un marché digne des meilleurs critères de qualité internationaux, un nouveau lieu adapté à un marché international-le Centre international des conférences de Ouaga 2000- qui procurera tout l’espace et les services nécessaires.

Selon le parrain, Stefano Manservisi, l’Union européenne, en particulier la Commission européenne, a toujours soutenu et accompagné le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) dès le début pour d’abord sa qualité, ensuite pour sa création économique d’emplois et d’espoir pour les jeunes. «Le Fespaco crée de la cohésion entre le peuple burkinabè mais aussi entre l’Afrique et l’Union européenne et l’Europe».

Stefano Manservisi dit être touché pour le choix porté sur sa personne : dans son pays, être parrain est très complexe car cela demande de l’engagement. «Notre souhait est que le Mica occupe une place très importante et que les jours à venir on puisse parler de ce Marché africain comme aidant à la création et à la circulation des biens et des personnes.»

Et pour le ministre de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat, Stéphane Sanou, représenté par son directeur de Cabinet, le gouvernement burkinabè est «très sensible» à l’intérêt porté par le monde du cinéma au Mica. Il a aussi encouragé les professionnels africains à achalander le marché du film d’œuvres de «belle facture».
Aux dires de sa directrice, le Mica 2017 redevient l’évènement professionnel incontournable pour accompagner au mieux le développement et la reconnaissance du cinéma africain.

Les activités du Marché se concentreront du dimanche 26 au mardi 28 février prochain mais le marché avec les expositions des stands reste ouvert jusqu’au 3 mars, veille de la clôture du Fespaco 2017.

Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir