Aujourd'hui,
URGENT
Education: le Burkina et la Coopération suisse signent ce 27 avril deux accords de financement d’un montant de 12 milliards de FCFA.
Banankeledaga : le bacillus anthracis responsable de la mort d’une soixantaine de bœufs le 18 avril dernier (MRAH).
Fonction publique : au total 22 755 postes à pourvoir dont 4 278 pour les concours professionnels.
Fonction publique: 11 096 postes à pourvoir pour les concours directs.
Fonction publique: 7 381 postes à pourvoir au titre des mesures nouvelles.
Fonction publique: 205 médecins, pharmaciens, chirurgien-dentistes seront recrutés cette année, contre 150 en 2016.
Centrafrique:  la Burkinabè Adelaïde Dembélé nommée juge d’instruction à la Cour Pénal Spéciale de la République Centrafricaine.
Police: le contrôleur général de police, Jean-Bosco Kienou, nommé directeur général de la police nationale.
Police: Le directeur général, Lazare Tarpaga, a rendu sa démission.
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.

CULTURE

Le Festival de Musique Afro Beat de Ouagadougou est un événement culturel qui vise la valorisation et la pérennisation des rythmes ancestraux du Burkina Faso et de l'Afrique de l'Ouest. Organisé par le Réseau Art Emergence, Le Festival d'Afro Beat de Ouagadougou est selon l'initiateur Jean-Marie Nabi dit Zopito, un espace d'échange et de rencontres musicales pour les musiciens du pays. La 5è édition qui s’est ouverte le mercredi 22 mars 2017 bat son plein avec la star de la musique malienne, Adja Fanta Diabaté.


La 5ème édition du Festival de Musique Afro Beat de Ouagadougou se tient du 22 au 27 Mars sur le plateau omnisports de Tampouy. L’innovation cette année, c’est le déploiement de scène  avec un chapiteau et un air de fête à travers une décoration particulière. Au plan intellectuel, des activités majeures marqueront cette édition. Notamment une rencontre professionnelle entre les experts du Bureau burkinabè des droits d’auteurs, les artistes musiciens et les tenanciers de maquis non seulement de la mobilisation des droits d’auteur au près des tenanciers de maquis mais aussi, de la redistribution des droits d’auteur aux artistes musiciens. En marge du festival, il y a eu aussi une séance de partage d’expériences entre l’artiste Frère Malckom et des jeunes artistes.  

Pour Wahabou Barra, directeur général du BBDA, «ce festival mérite une attention particulière en ce sens qu’il permet de mobiliser les jeunes de l’arrondissement N°3 et leur donne les outils pour décoder le monde de demain. Le volet des rencontres professionnelles où les thématiques sont débattues entre les professionnelles avec les acteurs de la filière musique est également à saluer. Il faudra donc aller vers des aides plus structurantes». Le BBDA selon Walib Barra entend donc voir comment accompagner l’initiative dans la mesure du possible.

Cette année, ce sont de milliers de festivaliers qui sont attendus sur le site avec une grande rue marchande, des concerts live d’artistes nationaux et internationaux, des animations podium et des formations en faveur des artistes et des administrateurs culturels.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Etes-vous d’accord avec le Premier ministre pour affirmer que «Burkina is back»?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé