Aujourd'hui,
URGENT
HCR: le Burkina Faso accueille à ce jour près de 34.000 réfugiés dont 56% d'enfants.
Présidence : les rois de différentes localités reçus en audience le mardi 20 juin par Roch Kaboré.
Mali: une trentaine de morts dans des violences entre Peuls et Dogons dans le centre du pays.
Auto-emploi : le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes, crédité d'une enveloppe de 16,5 milliards de FCFA.
Auto-emploi : les jeunes et les femmes burkinabè invités à soumettre leurs demandes de financement dès le 26 juin.
Algérie: un père écope de 2 ans de prison ferme pour avoir suspendu son bébé dans le vide afin d’obtenir des «like» sur Facebook.
Ramadan: 462 infrastructures marchandes de Ouagadougou ont été contrôlées par le ministère du Commerce.
ONU : Zéphirin Diabré participe aux travaux de la 35ème session du Conseil des Droits de l'Homme actuellement à Genève, Suisse.
Centrafrique : accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les Casques bleus congolais chassés de la Minusca.
Bac 2017: le doyen des candidats, Amadou Gazambé, 58 ans, passe l'examen pour la 11ème fois.

CULTURE

«Rude boy», c’est le nom du nouvel album de l’artiste Doueslik. Composée de 12 titres, l’œuvre a été présentée à la presse le dimanche 2 avril 2017 à Ouagadougou.



Comédien de formation, Doueslik est l’un des artistes les plus innovants de sa génération, un virtuose du verbe et de la verve. Révélé au public en 2011 grâce à l’album «Mots pour maux», Ali Doueslik Ouédraogo alias Doueslik à dû repartir au laboratoire pour en ressortir avec «Rude boy», un opus de 12 titres à travers lequel, l’artiste dépeint les maux qui minent notre société.

Conteur moderne dont le Slam émoustillant et réaliste bouscule le  quotidien de son auditoire, Doueslik est  non seulement libre-penseur mais également un poète décomplexé. Ses textes sont portés par une musique rock, aussi énergique que ses prestations sur scène. Un univers personnel qu’il qualifie d’ailleurs de «Rock’n’slam». C'est-à-dire du slam sur la musique rock. Entièrement enregistré en live, «Rude boy» a la particularité d’avoir été enregistré avec l’énergie solaire. Une façon pour l’artiste d’interpeller sur la préservation de l’environnement. «Nous ne pouvons pas avoir cette richesse qu’est le soleil et souffrir de manque d’énergie électrique. Le monde évolue et nous ne devons pas rester en marge surtout avec les changements climatiques», fait remarquer l’artiste. «Ca y est», «Rude boy», «27», «Soulard», «12 heures», «Gada gada», «Monde damné», «Rock’n’roll», «Heure du poète», «Wend guudi», «Scène sombre», «Soleil» sont autant de titres à travers lesquels l’artiste aborde le quotidien des mélomanes et surtout, ceux liés à la politique. «Cela ne fait pas de moi un artiste engagé mais juste un artiste qui donne son point de vue», précise-t-il.

Réalisé et mixé par Camille Louvel, «Rude boy» est un album dans lequel Doueslik allie art oratoire, comédie musicale et récit poétique. Cela lui réussit d’ailleurs si bien qu’à la présentation de l’œuvre ce dimanche, ce sont des centaines de fans qui lui ont témoigné leur reconnaissance par leur présence. Finaliste lors des Jeux de la Francophonie à Nice en 2013 dans la catégorie Art du récit et de l’oralité, Doueslik compte prendre part  à nouveau à cette compétition en juillet prochain du côté d’Abidjan en Côte d’Ivoire.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir