Aujourd'hui,
URGENT
Education: le Burkina et la Coopération suisse signent ce 27 avril deux accords de financement d’un montant de 12 milliards de FCFA.
Banankeledaga : le bacillus anthracis responsable de la mort d’une soixantaine de bœufs le 18 avril dernier (MRAH).
Fonction publique : au total 22 755 postes à pourvoir dont 4 278 pour les concours professionnels.
Fonction publique: 11 096 postes à pourvoir pour les concours directs.
Fonction publique: 7 381 postes à pourvoir au titre des mesures nouvelles.
Fonction publique: 205 médecins, pharmaciens, chirurgien-dentistes seront recrutés cette année, contre 150 en 2016.
Centrafrique:  la Burkinabè Adelaïde Dembélé nommée juge d’instruction à la Cour Pénal Spéciale de la République Centrafricaine.
Police: le contrôleur général de police, Jean-Bosco Kienou, nommé directeur général de la police nationale.
Police: Le directeur général, Lazare Tarpaga, a rendu sa démission.
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.

CULTURE

L’Ecole de danse Irène Tassembédo (Edit) est menacée d’expulsion pour loyers impayés.


C’est une «Irène définitivement en colère» qui l’annonce sur sa page Facebook. «La situation de l’école de danse Edit, que j’ai créée en 2009, est aujourd'hui très grave! Nous sommes en effet sur le point de terminer une aventure artistique et humaine qui a permis jusqu'ici de produire deux promotions de très beaux danseurs, qui font notre fierté / ma fierté au plan national et international », alerte la célèbre chorégraphe, par ailleurs fondatrice de l’école.

La cause, un avis d'expulsion des lieux fixé au 16 avril prochain, sur décision d'un juge, parce que  l'Edit «n’est plus capable de venir à bout de ses loyers impayés, loyers que j'ai supportés avec les petites ressources de nos prestations diverses, mais aussi et surtout sur mes propres deniers, lesquels sont aujourd'hui épuisés », confie la fondatrice, actuellement hors du pays.

Le propriétaire aurait même vendu les locaux -complètement aménagés pour en faire une école de danse bien équipée- sans informer les occupants, précise-t-elle, ajoutant que sans une aide institutionnelle conséquente et régulière, provenant des secteurs de la culture et de la formation, une structure comme l'Edit ne peut pas survivre. « Des aides souvent promises, mais que nous avons attendues en vain de la part des institutions de notre pays... », déplore-t-elle.

L’avis d’expulsion tombe alors que la troisième promotion de danseurs est sur le point de finir sa formation avec un diplôme prévu en juin. D’où cet appel qu’Irène Tassembédo lance à tous afin que ceux qui devraient être au premier rang de ses soutiens interviennent pour empêcher cette expulsion et l’aident à trouver une solution dans l'urgence. « S'il faut quitter ces lieux, cela ne peut intervenir en cours d'année de formation!», martèle la chorégraphe. Une pétition a été lancée pour sauver l’école.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Etes-vous d’accord avec le Premier ministre pour affirmer que «Burkina is back»?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé