Aujourd'hui,
URGENT
Niger: 17 morts lors d’une attaque à Aghay, près de la frontière malienne (RFI)
Hadj 2018: le délai des inscriptions prolongé à la fin du Ramadan (communiqué)
Galian 2018:  Dabadi Zoumbara des Editions Le Pays «super» lauréat 
Kenya: les braconniers bientôt passibles de la peine de mort (France 24)
Burkina: les agents publics de l'Economie et des finances entameront ce lundi 21 mai 2018 une grève de 120 heures (5 jours)
Terrorisme: le «groupe EI dans le Grand Sahara» sur la liste noire américaine
Etats-Unis: une fusillade dans un lycée au Texas fait au moins huit morts (RFI)
Guinée: le Premier ministre guinéen Mamady Youla a présenté à sa démission ainsi que celle de son gouvernement
Chili: les 34 évêques venus parler avec le pape sur le scandale de pédophilie ont remis leur démission
Burkina: une œuvre d’art honorifique décernée à l’ancien président Michel Kafando

CULTURE

Sous le coup d’une menace d’expulsion pour loyers impayés, l’Ecole de danse Irène Tassembédo (Edit) va finalement déménager. Selon nos informations, c’est dans l’enceinte de la maison de la culture Jean-Pierre Guinganné, où une salle et un bureau ont été mis à sa disposition par la mairie de Ouagadougou que la prestigieuse école de danse va provisoirement poser ses pénates.


La nouvelle a du resté été annoncée par la fondatrice de l’école, Irène Tassembédo, dans un post. «Nous avons commencé le déménagement de l'Edit avec le soutien des danseurs, des amis et de nos famille sur place, afin de préserver ce qu'il est possible de préserver comme équipements et de remettre les locaux comme ils étaient en 2008 », affirme-t-elle.

L’école, menacée d’expulsion parce qu’elle n’arrivait plus à honorer ses loyers, va donc poursuivre ses activités dans des locaux prêtés par la mairie de la commune de Ouagadougou. D’après nos informations, ce serait à la maison de la culture Jean-Pierre Guinganné, où une salle et un bureau ont été mis à la disposition des élèves et de l’administration de l’Edit. «Le maire de la ville de Ouagadougou est le seul soutien actif du côté institutionnel pour le moment et je l’en remercie vivement encore une fois », écrit la promotrice. Elle espère que d’autres soutiens institutionnels, notamment du gouvernement: «J’ai été contactée par le secrétaire général du ministère de la culture et j’attends des propositions concrètes de leur part : tous les regards sont tournés vers eux dont nous devons obtenir un réel soutien. »


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé