Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

CULTURE

«L’insurrection populaire-Burkina Faso Octobre 2014-Vers un monde plus juste». Tel est le titre de l’ouvrage édité récemment par la Fondation Friedrich Ebert et qui rassemble des photographies évocatrices de la «révolution» opérée fin octobre 2014 au «pays des Hommes intègres». Pour les éditeurs de cet ouvrage, l’insurrection du Burkina Faso «compte d’ores et déjà parmi les heures de gloire de l’Histoire africaine».

Emaillé de faits et de dates clés, le livre retrace en effet «la chute d’un régime et l’escalade des évènements» qui ont sonné la fin du régime de l’ancien président Blaise Compaoré, contraint à la démission, une année avant le terme de son mandat, par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

De fait, il s’agit d’un voyage illustré, d’un parcours qui se raconte à travers des clichés saisissants avec les contributions de sept photographes burkinabè qui ont eux-mêmes pris part aux manifestations. Ce livre, résultat d’un projet germano-burkinabè conduit par Peter Stepan, ancien directeur de l’Institut Goethe à Ouagadougou, renvoie donc «leur propre regard sur cette révolution inédite». Au-delà, la Fondation Friedrich Ebert, qui espère que «les forces progressistes du pays parviendront à créer les fondements d’un meilleur avenir», nous offre là une éloquente contribution documentaire sur ce pan historique du Burkina Faso.

En tout cas, pour le préfacier de l’ouvrage, Chériff Moumina Sy, président du Conseil national de transition (CNT), il y a dans chacune de ces images — servies par Moussa Guibila, Harouna Marané, Issa Nikiéma, Mohamed Ouédraogo, Boureima Regtoumda, Hippolyte Sama, Nomwindé Vivien Sawadogo —, «une histoire, un moment précieux et irremplaçable». Chériff Sy s’est d’ailleurs fait l’avocat de l’ouvrage en rendant un vibrant hommage à ses acteurs: «Véritable poésie d’acteurs de changements sociaux et de pépiniéristes de l’Histoire, ces images vous transporteront sur de sublimes vagues de luttes populaires.» Vous voilà avertis!        

© Fasozine N°70, Juillet-Août 2017

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir