Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

CULTURE

Vendredi 11 novembre 2016, s’est tenu la troisième édition des « Pingre Kuni », une cérémonie de remise de trophées de la paix. A des personnes ayant contribué à la promotion de la paix au Burkina Faso. Au total, quinze personnes ont été distinguées au cours de cette soirée.

 

 

A l’occasion de cette troisième nuit des trophées de la paix, ce sont sept  trophées d’honneur et huit trophées de mérite qui ont été décernés à diverses personnes, en référence à leurs concours pour la culture de la paix. Pour le comité de sélection, ces distinctions ont pris en compte le fait que ces lauréats ont été acteurs confirmés dans les activités en relation avec la recherche et la promotion de la paix. Ils ont aussi d’une certaine manière contribué à maintenir la cohésion sociale par leurs activités, tout en n’ayant pas suscité, soutenu ou posé des actes de nature à compromettre la paix. Et également  de façon générale, pour il ressort que « la paix, la culture de la paix sont liées à des attitudes, à des retenues  dans les actes, dans les paroles et surtout dans les comportements», a mentionné le professeur Privat Roch Tapsoba, du comité de sélection.

pingr-kuni-2016-2

Au titre des récompenses pour cette édition 2016 des « Pingre Kuni », la palme est revenue aux autorités religieuses et coutumières, du fait de leur engagement en faveur de la cohésion nationale. Ce sont l’archevêque de Koudougou, Mgr Joachim Ouédraogo, le grand imam de Ouagadougou, le pasteur Samuel Yaméogo, Naaba Saaga de Youssouka dans le Boulkiemdé, sa Majesté Albert Dayo, chef de canton de Dédougou, la confrérie dozo, à travers son président national Yacouba Drabo.

pingr-kuni-2016-1

A ceux-ci s’ajoute l’artiste Idrissa Ouédraogo alias Freeman Tapily. La seule femme présente dans ce gotha est Laetitia Ramata Koudougou. Cette dernière s’est vue primée pour son combat ayant abouti à l’adoption de la loi sur les violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

Pour le promoteur, Théophile Bamogo dit Bamos Théo, cet évènement se présente comme un cadre  «d’encouragement, de distinction de personnalités et organisations qui ont inscrit au cœur de leur action la tolérance, la solidarité, le dialogue, l’enseignement de la sagesse, la culture de la stabilité sociale. Toute œuvre qui a pour but de faire de la paix le fondement de notre vie, de notre développement et de notre espoir».

pingr-kuni-2016-3

C’est dans cette même logique que s’inscrit le patron de cette cérémonie, Me Frédéric Titinga  Pacéré. En attendant la 4e édition l’an prochain a invité «l’ensemble de la population à œuvrer pour poser un acte de paix et de cohésion sociale, tout au long de sa vie».

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé