Aujourd'hui,
URGENT
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019

CULTURE

Vendredi 11 novembre 2016, s’est tenu la troisième édition des « Pingre Kuni », une cérémonie de remise de trophées de la paix. A des personnes ayant contribué à la promotion de la paix au Burkina Faso. Au total, quinze personnes ont été distinguées au cours de cette soirée.

 

 

A l’occasion de cette troisième nuit des trophées de la paix, ce sont sept  trophées d’honneur et huit trophées de mérite qui ont été décernés à diverses personnes, en référence à leurs concours pour la culture de la paix. Pour le comité de sélection, ces distinctions ont pris en compte le fait que ces lauréats ont été acteurs confirmés dans les activités en relation avec la recherche et la promotion de la paix. Ils ont aussi d’une certaine manière contribué à maintenir la cohésion sociale par leurs activités, tout en n’ayant pas suscité, soutenu ou posé des actes de nature à compromettre la paix. Et également  de façon générale, pour il ressort que « la paix, la culture de la paix sont liées à des attitudes, à des retenues  dans les actes, dans les paroles et surtout dans les comportements», a mentionné le professeur Privat Roch Tapsoba, du comité de sélection.

pingr-kuni-2016-2

Au titre des récompenses pour cette édition 2016 des « Pingre Kuni », la palme est revenue aux autorités religieuses et coutumières, du fait de leur engagement en faveur de la cohésion nationale. Ce sont l’archevêque de Koudougou, Mgr Joachim Ouédraogo, le grand imam de Ouagadougou, le pasteur Samuel Yaméogo, Naaba Saaga de Youssouka dans le Boulkiemdé, sa Majesté Albert Dayo, chef de canton de Dédougou, la confrérie dozo, à travers son président national Yacouba Drabo.

pingr-kuni-2016-1

A ceux-ci s’ajoute l’artiste Idrissa Ouédraogo alias Freeman Tapily. La seule femme présente dans ce gotha est Laetitia Ramata Koudougou. Cette dernière s’est vue primée pour son combat ayant abouti à l’adoption de la loi sur les violences faites aux femmes et aux jeunes filles.

Pour le promoteur, Théophile Bamogo dit Bamos Théo, cet évènement se présente comme un cadre  «d’encouragement, de distinction de personnalités et organisations qui ont inscrit au cœur de leur action la tolérance, la solidarité, le dialogue, l’enseignement de la sagesse, la culture de la stabilité sociale. Toute œuvre qui a pour but de faire de la paix le fondement de notre vie, de notre développement et de notre espoir».

pingr-kuni-2016-3

C’est dans cette même logique que s’inscrit le patron de cette cérémonie, Me Frédéric Titinga  Pacéré. En attendant la 4e édition l’an prochain a invité «l’ensemble de la population à œuvrer pour poser un acte de paix et de cohésion sociale, tout au long de sa vie».

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé