Aujourd'hui,
URGENT
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019

CULTURE

« Un combat contre l’incivisme », c’est la dernière trouvaille du réalisateur Daouda Zallé. D’une durée de 30 mn, ce film documentaire du jeune réalisateur Burkinabè met en exergue le phénomène « grandissant » de l’incivisme au pays des hommes intègres.

 

 

« Un combat contre l’incivisme » est un film documentaire et reportage qui traite de l’incivisme en circulation. Le film met donc un accent particulier sur l’ampleur de ce phénomène à Ouagadougou et fait également un clin d’œil au combat que mènent certaines personnes pour venir à bout. Dans ce film, la parole est donnée aux activistes qui se prononcent sur le sujet. Des témoignages « poignants » de victimes permettent au cinéphile de réaliser les conséquences des comportements « inciviques » de certains citoyens.

« La méconnaissance du code de la route et les mauvaises habitudes des usagers sont entre autres causes de l’incivisme », fait remarquer le réalisateur. Pour Daouda Zallé, l’objectif de ce film est d’emmener les populations à une prise de conscience collective. Pour la plupart des personnes interviewées dans ce film, « la question de l’incivisme est liée à la mentalité ». « Il faudra que chacun se pose la question de savoir à qui l’incivisme profite », s’interroge l’un des acteurs. A ceux qui sont pressés à ce point, Moussa Madani Dicko (acteur) demande de s’acheter un avion.

Présent à l’avant-première du film ce 17 novembre à Ouagadougou, l’assistant de police Moussa Badolo, en service à la direction des sports, arts et culture de la police nationale, a rappelé que « la route tue » et que la police n’est pas là seulement pour empêcher les usagers de circuler. « Les feux tricolores sont là pour représenter la police. Il suffit que les usagers les respectent pour que la population vive à l’aise », a indiqué M. Badolo. L’assistant de police ajoute que « si les usagers pouvaient prendre conscience, les policiers prendraient leur temps pour combattre l’insécurité au lieu de réguler la circulation ».

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé