Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

CULTURE

George Ouédraogo est professeur agrégé en pneumologie. Désormais, l’artiste se fait appeler George. Après un premier album en 2011, il revient sur la scène musicale avec un nouvel opus dénommé «Alléluia». L’œuvre a été présentée à la presse le 8 novembre 2017 dans l’antre du jardin de la musique le Remdoogo de Ouagadougou.


Musicien depuis son enfance, George jouait la percussion et la guitare. Il a été choriste durant ses études à l’université de Dakar, puis choriste et chef chœur à l’église de Koudougou et à l’église centrale des Assemblées de Dieu de Ouagadougou. Il est actuellement conducteur de louange et diacre dans cette même église. Après un premier album intitulé «Christ mon rocher» sorti en novembre 2011, Georges revient avec ce second «Alléluia» et invite à venir louer l’Eternel Dieu.

Selon M. Ouédraogo, Cet album vise d’une part à exhorter et encourager les chrétiens dans leur marche avec le seigneur Jésus Christ. D’autre part, la totalité des recettes de l’œuvre sera consacrée à la poursuite de la construction d’un hôpital à Kilwin, un quartier de Ouagadougou. Cet hôpital selon le chantre, se veut un centre de santé  et de prise en charge holistique des malades, de l’Union chrétienne médicale et paramédicale du Burkina (UCMP). «Ce centre sera aussi un centre de formation pour les aumôniers, les visiteurs de malades hospitalisés et pour les agents de santé», a-t-il indiqué.

D’un coût global de deux milliards de francs CFA, le projet est à sa seconde phase. La première qui était la construction du dispensaire et des latrines ayant été effective grâce aux recettes du premier album et à la contribution de bonnes volontés. George espère susciter plus d’engouement avec ce second album pour construire la maternité, la clôture et mettre en place toutes les commodités inhérentes à cet hôpital.

De 11 titres, l’œuvre est un récital de la vie chrétienne de George Ouédraogo. De ses années estudiantines à sa vie professionnelle d’aujourd’hui, l’artiste s’inspire de sa communion avec Dieu pour exhorter, encourager et fortifier l’auditeur dans sa vie chrétienne. L’artiste le démontre bien à travers le titre «Mon cri» dans lequel, il revient sur les moments de souffrances et de douleurs physiques qu’il a vécu en septembre 2015. «Mon Dieu ne m’a pas oublié mais je lance ce cri de confiance que mes larmes ne peuvent me cacher sa face et rien de ne peux me séparer de son amour manifesté pour moi en Jésus Christ. La douleur cessera un jour, la maladie fuira et l’amour de Dieu pour moi demeure à jamais», témoigne George sur des notes vocales qui vous transportent à la rencontre du miséricordieux.

«Paradis retrouvé», «Maison de l’Eternel», «Racheté», «Jésus», «Si peu de choses», «Dieu ma délivrance», «Mam Zu Soaba», «Le seigneur est bon», «Jour béni» sont entre autres titres de cet album, entièrement enregistré à Ouagadougou au studio Accord. «Alléluia», le titre éponyme qui a donné son nom à l’album, a été composé en duo avec le Tchadien Gondar Moondjasgar, ami de l’artiste lorsque qu’il était étudiant au Sénégal. Il entend ainsi rendre hommage à celui-ci. A travers ses paroles et mélodies, George invite les uns et les autres à être de ceux qui persévèrent jusqu’à la fin pour recevoir la couronne qui nous est promise.
 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé