Aujourd'hui,
URGENT
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D
Burkina: Le Syndicat des travailleurs de la Santé humaine et animale annonce une grève d’avertissement de 24 heures le 31 janvier
Politique: Le groupe parlementaire du CDP  a promis revenir sur le code électoral de 2015 qui a exclu leur président Eddie Komboigo
Liberia: la présidente sortante, Ellen Sirleaf exclue pour avoir «violé la Constitution du parti» (RFI)
Djibo: les populations ont marché pour exiger la libération du Dr Ken Elliot enlevé il y a deux ans de cela 
Burkina: La direction des impôts devra mobiliser la somme de 918 milliards de F CFA au profit du budget de l'Etat
Burkina: 200 individus interpellés, 33 toujours détenus à l'issue d'opérations militaires anti-terroristes menées au nord (Armée)  
Politique: le CDP souhaite un retour «sans arrangement souterrain» de Blaise Compaoré ( Achille Tapsoba)
Burkina: Le 7e congrès ordinaire du CDP se tiendra au cours de l'année 2018 (directoire) 
Burkina: Le pool bancaire international accorde un prêt de plus de 42 milliards de FCFA à la Sofitex pour la saison cotonnière 2017-2018

CULTURE

La 13e édition du festival Ciné droit libre (CDL) a clos ses portes ce samedi 16 décembre 2017 après une semaine d’activités. Mais dans la matinée de ce samedi, l’invité d’honneur du festival, l’ancien footballeur français, Lilian Thuram a échangé plus deux heures avec le public venu participer à la conférence publique tenue à l’Institut français de Ouagadougou. Droit au but, le conférencier du jour a répondu sans ambages à toutes les questions.

Racisme, égalité des chances, colonisation, esclavagisme, migration sont les différents points sur lesquels Lilian Thuram a discuté avec les participants de ce dialogue direct. L’ancien défenseur de l’équipe de France est  plus revenu sur la question du racisme. Pour ce dernier, les africains ne doivent plus être complexé de la couleur de leur peau et surtout ne doivent plus se complaire dans la victimisation. Ils doivent surtout chercher à s’affirmer et à s’affranchir de cette barrière.

Il reste convaincu que pour parvenir à une compréhension du racisme, il faut questionner les mots qui servent à légitimer une communauté au détriment d’autres: « derrière les mots, on va retrouver les schémas pour délégitimer certains et pour légitimer d’autres. Par exemple, il y aune nouveauté en France : les gens de souche ou les Français de souche. Qu’est ce qu’un Français de souche ? Cela n’a pas de sens. S’il y a un sens, c’est pour dire que l’expression désigne les personnes blanches. Moi je suis français parce que je suis antillais mais lorsqu’on pense à Français de souche, ils ne vont pas penser à moi. Ce qui est important est qu’il faut questionner l’existant pour voir ce qu’il cache. Et pour comprendre ce qu’il cache il faut avoir une profondeur historique si non, vous ne comprendrez pas ».

Pour mieux aider les africains et les noirs, il faut que apprenons à avoir confiance à nos capacités et à positiver toutes nos actions. Il a exhorté les africains à comprendre que « l’intelligence n’a pas de couleur ». Reformer le contenu du programme scolaire, enseigner les langues locales à l’école, éduquer nos enfants à avoir une autre vision du monde, entre autres, constitueront les voies pour sortir de cette domination idéologique et économique.

Et pour ce faire, le champion du monde 1998 appelle les africains à la révolte afin de briser la chaine du schéma mis en place depuis des lustres : « se révolter, c’est changer les choses. La révolte n’est jamais pacifique. Quand je dis révolte, cela ne veut pas dire faire la guerre. Les gens qui sont révoltés peuvent prendre leur stylo pour écrire et prendre leur caméra pour faire des films. C’est cela la révolte. Très souvent, on dit aux gens de ne pas se révolter parce que derrière la révolte on voit des gens qui frappent d’autres. La révolte c’est être en mouvement pour le changement. Il faut inciter les gens à se révolter et à s’indigner pour changer les choses ».

En clair, il faut éduquer les enfants pour qu’ils aient une autre vision du monde. Et sa contribution dans le combat, est l’édition en 2014 de son livre intitulé : « Mes étoiles noires. De Lucy à Barack Obama »  où il brosse le portrait de 44 icônes noires et métisses qui ont marqué l’humanité.  « Si dans l’inconscient collectif, l’histoire des populations noires commencent par l’esclavage, c’est tout à fait normal qu’il y ait des préjugés négatifs sur les personnes de couleurs noires parce que vous les éduquez à penser que ce sont des anciens esclaves. A partir de là, je me suis dis qu’il serait intéressant de changer l’imaginaire collectif avec toutes les personnes qui m’avaient permis de m’éduquer sur le sujet et de comprendre effectivement qu’il y avait une autre vision du monde » a révélé M. Thuram. 

In fine, pour ce dernier, l’homme noir a autant sa place dans le concert des nations et il est de notre devoir de montrer aux jeunes générations que l’’histoire des noirs n’a pas été que souffrances mais elle a été jalonnée d’autant de succès. A la suite des échanges modérés par le journaliste Fousséni Kindo, Lilian Thuram a procédé à la dédicace de son livre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir