Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

CULTURE

 «Refugees welcome» est un projet qui vise à autonomiser les personnes réfugiées, à les former dans les techniques de pédagogie et de faire des ateliers avec les enfants afin qu’ils puissent à leur tour faire des ateliers dans les camps de réfugiés. C’est l’objectif d’un atelier de formation au profit des réfugiés au Burkina dont la restitution s’est faite le 15 décembre 2017 au Centre Napam Beogo de Ouagadougou.


Selon l’artiste musicien Patrick Kabré l’initiateur, ce projet vise à fournir des connaissances en techniques éducationnelles et artistiques aux réfugiés se trouvant dans les camps de Goudebou et de Mentao. Il met en œuvre une pédagogie inclusive autour d’ateliers de musique, de fabrication d’instruments de musique, de chants et de danse. Financé par la section politique de l’ambassade des Etats-Unis à travers le bureau de la population, des réfugiés et des migrations du département d’Etat américain, ledit projet a été lancé en décembre 2017 et durera un an. L’enjeu étant avant tout, l’appropriation de l’art et de la culture comme moyen de développement personnel et de tolérance.

Dénommé «Silmandé», cet atelier met en place une pédagogie inclusive et favorise l’autonomie dans la découverte de l’apprentissage où chaque réfugié devient acteur. Entre expérimentation et jeu, plaisir et savoir, Patrick Kabré propose des ateliers musicaux pédagogiques pour éveiller la curiosité, encourager l’observation, stimuler l’imagination et l’expression et ainsi créer des liens entre l’expérience quotidienne des réfugiés et le langage du corps, de la musique et des mots.

David Yang, le 1er conseiller à l’Ambassade des Etats-Unis au Burkina se dit fier de soutenir l’initiative. «Je suis là pour soutenir les artistes et les jeunes réfugiés qui sont dans des situations très précaires et qui ont besoin d’aide», a déclaré  M. Yang. Selon le diplomate américain, c’est  une initiative qui fait partie des droits de l’homme et des femmes en termes de droit d’accès à l’art, à la musique et  au  droit d’expression.  Pour lui, les réfugiés en ont besoin pour avoir confiance en eux-mêmes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir