Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Le Syndicat national des travailleurs de la culture et du tourisme (Synatract) à travers une conférence de presse tenue ce jeudi 11 janvier 2018 à Ouagadougou, a exhorté le gouvernement à tenir ses « promesses » quant à la satisfaction de leur plateforme revendicative. 

Selon le secrétaire général du Synatract, Mohamed Lamine Ouédraogo, le gouvernement avait pris l’engagement de mettre les travailleurs du ministère de la Culture dans de meilleures conditions de travail. «Des engagements qui devraient être exécutés depuis le 31 décembre de l’année écoulée avant même le discours du président du Faso».

Il était question de  la dotation de  locaux convenables, la mise en place de la connexion internet et le fonctionnement des organes consultatifs.  Aussi, à l’en croire « Il y avait une indemnité spécifique qu’on devrait avoir avant le 31 décembre et jusqu’à présent rien n’est fait. Les engagements pris par le gouvernement n’ont toujours pas été respectés». 

De ses explications, il ressort qu’il ne reste qu’un décret à signer. «Le ministre de la Fonction publique a signé. Le Premier ministre et le ministre de la Fonction publique ont donné leur quitus. On nous a fait savoir que le dossier est au niveau de madame le ministre de l’Economie, des Finances et du développement. Depuis lors, il n’y a pas de suite et on ne sait vraiment pas quelle est l’intention» a dit le Sg du Synatract.

A la question de savoir s’il y a eu un dialogue entre le syndicat et les autorités, le secrétaire général du Synatract a indiqué que le dernier date du lundi 8 janvier 2018. Pour lui, cette rencontre en présence du ministre de tutelle, d’un représentant du ministère de la Fonction publique et un du ministère des Finances  a «accouché d’une souris». 

S’agissant des nominations d’attachés culturels dans les représentations diplomatiques, le Synatract réclame la paternité de ces postes. «Il y a des textes règlementaires qui ont été pris et qui attribuent ce poste aux travailleurs du ministère de la Culture. On ne peut pas mettre un travailleur d’un autre domaine à ce poste. Pour nous, il y a de l’amalgame qui ne s’explique pas» a souligné M. Ouédraogo.

Sur la question d’un éventuel débrayage, le syndicat dit rester ouvert au dialogue jusqu’à ce que les décisions soient prises. «Nous privilégions le dialogue jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre et tout dépendra de ce que le gouvernement nous proposera. On n’a pas à décider de nous-même. Nous leur donnons une large plage afin qu’ils discutent pour que des actions puissent être imaginées avant d’être décidées» a affirmé M. Ouédraogo. Le Synatract tout de même demande au gouvernement de faciliter leurs conditions de travail afin qu’ils puissent mener convenablement leurs missions. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir