Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

CULTURE

Après plusieurs années aux côtés de son oncle Bil Aka Kora, l’artiste musicienne Ka Cora sort son premier album. Intitulé «Anou Wooro»  « l’ombre de ma mère » en Français, cet album se veut le début de la carrière artistique de Reine Ka Cora Alobou à l’état civil. La dédicace de l’album a eu lieu dans la soirée du jeudi 25 janvier 2018 à Ouagadougou.

Cet album, selon l’artiste, est un voyage dans l’univers de la culture kassena à travers la promotion du djongo. Un bijou sonore de 7 titres chantés en Kassena, Français, Anglais et Mooré qui fait appel à des instruments traditionnels comme le Bendré et la flûte traditionnelle. «Anou wooro a pour thématique principale l’enracinement aux valeurs culturelles avec des sous thèmes qui parlent de l’union, la promotion de notre identité culturelle et Dieu» dit-elle.

Dans cet album de 7 titres, Ka Cora prône le pardon, la tolérance, l’entraide et l’amour. Pour Ka Cora, les mauvaises nouvelles prennent l’avion et la vérité arrive en retard. D’où le titre «Avion» dans lequel l’artiste invite les uns et les autres à éviter les commérages. 

A travers le titre « Hommage à Djata » l’artiste entend rendre hommage à sa tante Djata disparue il y a quelques années dans un accident de circulation. «Djata a impacté de nombreux artistes du Burkina. Elle constitue un repère pour les artistes kassena et, elle était une personne qui protégeait les personnes vulnérables. Voilà pourquoi j’ai décidé de rendre hommage à ce modèle», a avancé l’artiste.

Dans la chanson « Adjikoga » qui signifie «j’ai leur soutien», Ka Cora estime que les fans constituent un soutien inestimable dans la carrière d’un artiste. De ce fait, elle rend un hommage à ses fans et à ceux de Djata Ilébou qui voient en elle une héritière. Dans «Galagala» ou encore «mes origines», l’artiste entend vulgariser la musique burkinabè au-delà des frontières.

Ka Cora dit merci à Dieu pour toutes ses grâces dans sa vie à travers «Wend kouni». Aussi dans cet opus, on y trouve des titres comme «Unity», «Ambol sono» ou «mon préféré» chanté en featuring avec Dicko Fils. Selon elle, l’amour doit triompher sur les considérations religieuses, ethniques, politiques etc. 

Native de la province du Nahouri dans la cité de Pô, «Princesse Alobou», institutrice de son état, pose la voix pour la première fois dans un featuring avec Dicko Fils en juin 2016. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé