Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

CULTURE

Après «L’heure de gloire» en 2015, l’artiste musicienne Pam Luster sort son second opus intitulé «Tous frères». De 6 titres, l’album a été présenté à la presse ce samedi 17 mars 2018 à Ouagadougou.


«Tous frères» est la façon pour Patricia Minoungou (son nom à l’état civil), d’interpeller les Burkinabè sur la nécessité de se pardonner et s’unir. «On peut manifester son mécontentement autrement quel que soit nos divergences. Nous devons prioriser le dialogue pour régler nos problèmes», conseille Patricia Minoungou. Le climat socio-politique délétère de son pays est la source d’inspiration de cet opus de Pam Luster. Interpeller la jeunesse burkinabè à prendre conscience des méfaits de l’incivisme, tel est l’objectif que vise Pam Luster en mettant cette œuvre sur le marché discographique.

Avec des thèmes bien choisis et des messages poignants, l’artiste entend œuvrer pour véritable réconciliation nationale mais aussi et surtout pour un retour à de bonnes valeurs humaines, gages de paix et de cohésion sociale. Ainsi donc, on retrouve des titres comme  «Douni ya raaga» qui signifie «le monde est un marché» en langue mooré. Dans cette chanson, l’artiste souligne la caractère passager de la vie terrestre. Elle rappelle qu’au-delà de toutes leurs différences, tous les êtres humains ont du sang dans leur veine, respirent le même souffle d’air, sont éclairés et réchauffés par le même soleil et sont tous condamnés à une mort certaine.

A travers «Tous frères» le titre éponyme de l’album, l’artiste décrit avec fierté son pays le Burkina, un pays riche de ses hommes et de sa culture. Elle fait un clin d’œil à la paranté à plaisanterie, véritable instrument de résolution de conflits. Elle invite aussi tous les Burkinabè à préserver et à consolider ce lien qui les unit au-delà de leurs différences sociales (ethniques, religieuses, politiques…)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé