Aujourd'hui,
URGENT
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018
Filière coton: le gouvernement burkinabè va injecter plus de 14 milliards de F CFA «pour sauver la filière»
Burkina: le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l’assassinat du maire de Koutougou 
Culture: La 2e édition des Nuits du Djongo se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Pô et à Tiébélé

CULTURE

Le village des communautés est un espace convivial de rencontres et d’échanges, ouvert depuis le 25 mars dernier et ce, jusqu’au 31 mars 2018 à l’occasion de la Semaine nationale de la culture. Pour cette édition, ce village accueille la galerie de la gastronomie, un cadre où des mets et boissons traditionnels sont proposés à la vente aux festivaliers. Ouvert à toutes les communautés culturelles résidant au Burkina, c’est aussi le lieu par excellence de certaines populations autochtones, de faire valoir la parenté à plaisanterie, socle de cohésion sociale.


Initié pour magnifier la culture des communautés nationales et étrangères vivant au Burkina Faso, le Village des communautés est l’une des grandes attractions de la SNC. D’édition en édition, il connait un grand engouement. Ce village, a dit quelqu’un, est l’Afrique en miniature à Bobo-Dioulasso. En effet,  il met en relief une mosaïque d’ethnies et une diversité de savoirs ancestraux, de modes de vie, d’habitudes alimentaires, de tenues vestimentaires, de l’art et de la pharmacopée. Sur  la trentaine de stands dressés dans la cour de récréation de l’école Touguait au secteur 22 de la ville, les cultures du Togo, du Bénin, du Nigéria, de la  RD Congo, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Sénégal se côtoient harmonieusement. Les uns plus achalandés que les autres, mais l’essentiel est d’être là.

Fête foraine des communautés culturelles nationales et étrangères vivant au pays des Hommes intègres, le village des communautés est la vitrine par excellence de la diversité culturelle présente au Burkina et qui se manifeste à travers des pratiques sociales telles que la parenté à plaisanterie. Cécilia Méda est gérante d’un stand au village des communautés. En plus des mets burkinabè, elle propose également du manioc au haricot (mets du Congo) à sa clientèle.

Juste à côté de Cécilia Méda, se trouve un autre stand occupé par l’Association Dafing, Bobo et les Peuhls s’amusent. Dans ce stand, les Bobo proposent le dolo au gimbgimb, les Boaba proposent le dolo de Solenzo et les Peuhls proposent quant à elles, le Gapal. Pour Germaine Tibiri, l’objectif en venant à cette foire, est de présenter les mets de ces différentes communautés. «Même si l’affluence n’est pas celle des grands jours, nous sommes satisfaits parce que nous sommes ici pour faire connaitre notre association et nous voulons surtout démontrer aux yeux du monde, que la parenté à plaisanterie est un outil important pour la cohésion sociale», fait remarquer Mme Tibiri.

«Nous plaisantons, nous nous insultons entre nous et cela crée une formidable ambiance entre nous. Tu peux sortir de chez toi énervée mais arrivée ici, c’est comme si tu avais gagné à la loterie», témoigne une des Bobo du groupe. Mais comment trois communautés différentes puissent cohabiter dans un même stand avec pour objectif d’appâter la même clientèle ? «L’essentiel pour nous, c’est l’ambiance qui y règne. Même si un client achète chez une au détriment de l’autre, nous estimons que c’est la famille», confie l’ensemble des occupantes des lieux.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé