Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Native d’Abobo baoulé, un quartier d’Abidjan, l'artiste Kalam a brillé de fort belle manière sur le podium de la 14è édition du festival «Fête de la musique» à Ouagadougou. Ce 21 juin 2018, la jeune dame a démontré son savoir-faire musical aux fans de la bonne musique.


Le public venu à ce concert ne saurait se plaindre de la prestation de l’artiste Kalam, car comme on le dit dans le langage du showbiz, «l’artiste a vraiment transpiré ce soir». Annoncée pour assurer la première partie d’un concert grandeur nature rehaussé par la présence du mythique groupe ivoirien Zouglou Makers, Kalam n’a fait que confirmer tout le bien qu’on pensait d’elle.

Véritable bête de scène, l’artiste fait délester son style fait de savant mélange des rythmiques du pays des Hommes intègres, notamment le Kundé (guitare traditionnelle). Pour cette premiere sortie scénique live, l’artiste est allée présenter son œuvre à sa Majesté le Moro Naaba Baogo (roi des Mossé) et au Wogdog Naaba pour demander leurs bénédictions comme le souhaite la tradition de cette ethnie (car une femme jouer au kundé reste toujours mystérieux ou un interdit non-dit pour la société mossi). Targuant de s’être mariée avec la musique, elle se faisait voiler le visage pendant toutes ses prestations parce que pour son staff et comme le veut la tradition, la nouvelle mariée a le visage voilé et son faciès ne sera connu par le grand public qu’après ses noces.

L’avant-goût de cette noce a été bien servi à l’occasion de cette fête de la musique sous la houlette de son producteur Kosta Thégawendé. Pendant une quinzaine de minutes, l’Artiste a déballé son répertoire artistique et surtout sa maitrise vocale. De sa belle voix, Kalam propose un voyage initiatique aux futurs convives, aidé en cela par le déferlement d’images en couleur sur le podium. A chaque déclamation de strophes, le public se montre généreux en youyou et  applaudissements. Lorsqu’elle fredonne «Bibeiga», le titre éponyme de son maxi single, c’est l’ébullition à la place de la nation. La transfuge de la troupe d’animation «Dodo», séduit sous le holà du public qui scande «bisser, bisser».

Cadre de prestations d’artistes par excellence et moment de retrouvailles, le podium du festival «Fête de la musique» a encore permis de faire des découvertes de talents de la musique burkinabè. En témoigne Kalam, une star montante de la musique burkinabè. Et c’est à mettre à l’actif de «Exit Management», structure organisatrice de cet évènement.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir