Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

CULTURE

La région du Sud-ouest est connue pour sa diversité culturelle. Dans le but de valoriser ces richesses, le Centre culturel force divine (Cecufodi) a initié le Festival des arts du Sud-ouest (FASO) dont la deuxième édition est prévue pour se tenir du 30 avril au 4 mai prochain dans la dite région. Le comité d’organisation était face à la presse le jeudi 14 mars 2019 à Ouagadougou pour annoncer le déroulement des activités.

Prévu pour se tenir sous le thème «Art et développement: enjeux pour une meilleure valorisation des productions artistiques pour le développement économique et social du Burkina Faso et l’amélioration des revenus des artistes de la région du Sud-ouest», le Festival des arts du Sud-ouest se veut être un élément moteur de promotion de la richesse et de la diversité culturelle du Burkina Faso en général et de la région du Sud-ouest en particulier. Selon le coordinateur du festival, Romuald Pascal Poda, par ailleurs président du Cecufodi, le FASO ambitionne ainsi contribuer à la promotion du secteur culturel.

Ce festival met au programme, forum, foire, excursion touristique, formations, une journée porte ouverte, prestations artistiques, tir à l’arc, conférence public. A travers une programmation artistique originale, le festival accueille des artistes d’horizons divers, de la région du Sud-ouest jusqu’au niveau national en passant par le carnaval et par les jeunes talents locaux, inventifs et passionnés.

Après la ville de Gaoua, le FASO se déplacera successivement, suivant un chronogramme attribué à certaines villes du Sud-Ouest jusqu’au 27 octobre de l’année en cours, a précisé le coordonnateur. A écouter les conférenciers, un mini FASO est programmé à Ouagadougou du 21 au 25 mai, à Banfora du 26 au 27 octobre prochain. Aussi, des concerts sont au programme dans les localités de Batié (29 juin 2019), Diébougou (27 juillet 2019), Dissin (14 aout 2019), Dano (15 aout 2019) et Kampti (29 septembre 2019).

S’agissant du choix des autres régions qui abriteront les mini-FASO, l’abbé Ferdinand Hien, membre du comité d’organisation et artiste-musicien de la région a fait savoir que, «il y a une forte concentration du Sud-Ouest à Ouagadougou et nous envisageons donner un rayonnement national à l’événement». «Le choix de Banfora se justifie par le fait que c’est une localité à plaisanterie de notre région» s’exclame-t-il.

L’objectifs visé par les initiateurs à travers le « FASO », est d’identifier d’une part, les actions prioritaires pour une meilleure production et commercialisation de la musique, et d’autre part identifier entre autres, les contraintes liées à la promotion et la commercialisation de la musique afin de proposer et valider des actions pour une résolution efficace des contraintes qui aliènent l’émergence de la musique du Sud-Ouest, a affirmé le président de l’association des artistes de la région du Sud-Ouest, Mamadou Traoré. 

Par ailleurs, le coordinateur du Festival justifie l’objectif global du FASO, comme étant un canal permettant de contribuer à promouvoir les arts et la culture afin de participer efficacement à l’atteinte de la valorisation du patrimoine culturel du Burkina Faso en général et du Sud-Ouest en particulier. «Nous mènerons également des réflexions sur la commercialisation des produits artistiques, et les stratégies idoines pour un meilleur accompagnement des artistes», a-t-il renchéri.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé