Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

CULTURE

L’atelier Afrique en couleurs du Burkina Faso, le Centre soleil Afrique et la Galerie Médina du Mali, organisent «Les pinceaux de l’intégration», un projet qui a pour objectif de renforcer l’éducation de la jeunesse africaine en général et particulièrement celle de la femme en matière artistique et interculturel à travers l’art visuel. Ledit projet a été présenté à la presse le 3 juin 2019 à Ouagadougou.


«Les pinceaux de l’intégration» se veut être un exemple réussi d’intégration sociale, économique, intercommunautaire d’une part, et sous régional d’autre part. Un projet qui selon l’artiste plasticienne Ahoua Yaméogo, première responsable de l’atelier Afrique en couleurs, a retenu l’attention de Culture at work africa et l’Union européenne dans le cadre d’un premier appel à projet qui a concerné toute l’Afrique, dont 15 dossiers de 12 pays sélectionnés.

Le projet vise la prévention et la résolution des conflits par l’art visuel entre les communautés maliennes et burkinabè. Ainsi dans un élan commun, des artistes plasticiens maliens et burkinabè à travers leurs créations sur le thème «Consolidation sous régionale et genre par l’art visuel», échangeront avec les populations pour promouvoir la paix et l’acceptation interculturelle. «Le souhait à travers ce projet, est de permettre aux artistes, d’apporter leur contribution à la forme de résilience aux problèmes que vivent nos deux pays par rapport à l’insécurité et aux conflits intercommunautaire», explique Prospère Tiendrébéogo, commissaire du projet. 

Il comporte trois grandes étapes. Notamment l’organisation d’une résidence d’artistes dans chacun des deux pays du 10 au 20 juin 2019, suivi d’un vernissage le 21 juin à l’Espace Gambidi de Ouagadougou. La résidence d’artistes de Bamako au Mali se tiendra quant à elle, à la Galerie Médina. Elle réunira trois artistes burkinabè et maliens du 17 au 27 juin et s’achèvera également par un vernissage le 28 juin. Durant cette période, les artistes partageront leurs expériences avec des écoliers et des enfants défavorisés.

Du 15 octobre au 2 novembre 2019, l’organisation d’une caravane d’intégration sous régionale composée d’experts de l’art, de professeurs, de journalistes et d’acteurs culturels, qui vont parcourir six grandes villes de Ouagadougou jusqu’à Bamako. Durant une quinzaine de jours, cette caravane fera des expositions-ventes, des podiums d’animations humoristiques et musicales, respectivement à Ouagadougou, Koudougou, Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), Sikasso, Bougouni et Bamako (Mali).

Le clou des activités consistera à l’organisation d’un symposium atelier international à Bamako. Prévu à Bamako en novembre 2019, ce symposium regroupera deux artistes de renom du Burkina, trois experts de l’art d’Afrique et cinq autres invités du Mali, autour de la thématique de l’intégration culturelle en Afrique. Selon Ahoua Yaméogo, une retenue sera faite sur les œuvres qui seront vendues lors des différents vernissages au profit des orphelins des Forces de défense et de sécurité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir