Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

CULTURE

16 danseurs professionnels du Mali, du Niger, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Burkina Faso ont été formés près d’un mois sur les techniques de l’art de l’enseignement de la danse. Ils ont reçu leur certificat de participation le samedi 28 septembre 2019 au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière de Ouagadougou.

Après une première phase déroulée de septembre à novembre 2018 à l’école des sables de Dakar au Sénégal, les 16 impétrants ont parachevé leur formation durant le mois de septembre 2019 à Ouagadougou au CDC la termitière. 

Au cours de leur formation, ces derniers ont appris les outils pour mieux transmettre l’art de la danse et surtout la pédagogie appliquée aux enfants et aux adultes. Cette formation professionnelle a été rendue possible grâce à la conjugaison des efforts de l’école des sables de Dakar,  du CDC la termitière de Ouagadougou et de la fondation EEG Cowless Foundation des Etats Unis d’Amérique.

Pour Lila Greene, présidente de la fondation EEG Cowless, enseigner la danse ce n’est pas de l’imitation mais dans le ressenti : « C’était assez complexe comme formation puisque ils ont appris l’anatomie, la théorie et différentes matières.  Maintenant on attend qu’ils appliquent tous cela une fois rentré dans leurs pays d’origines (…) J’espère qu’avec cette formation, ils vont transformer la danse en tant que matière de fierté, d’identité nationale et internationale. Aussi, on espère qu’ils vont enseigner désormais d’une autre manière ».

Les bénéficiaires ne regrettent pas d’avoir vu leurs capacités renforcées en la matière. Sahadatou Ami Touré du Bénin a déjà des perspectives : « Nous avons reçu assez d’outils et nous sommes très contents de pouvoir les partager avec les membres et les autres danseurs de mon pays (…) Mon objectif est de partager ces connaissances à mes proches et à d’autres membres de ma compagnie pour qu’ils bénéficient aussi de ce que j’ai appris ». 

Les participants ont tous foi que ces nouveaux outils nourriront davantage leur amour pour la danse et surtout l’art de le transmettre à d’autres. Avec désormais leurs parchemins en mains, ces 16 danseurs sont désormais les pionniers de la pédagogie de danse en Afrique. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir