Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 
Elections 2020: 1 122 554 nouvelles personnes enrôlées pour un total de 6 492 026 électeurs au Burkina Faso. 
Burkina: 101 civils tués en juillet 2020, dont 39 dans la région du Sahel, 22 à l’Est, 19 au Nord, selon l'ONG Crisis Group. 

En dépit de l'existence de cadres communautaires pour encadrer l'évaluation des dépenses fiscales et lutter contre les Flux financiers illicites (FFI), le Burkina Faso à l'image d'autres pays du continent africain continuent de perdre énormément des ressources due à l'érosion de l'assiette fiscale et à l'abus des mesures fiscales dérogatoires. C'est dans ce cadre que la plateforme des Organisations de la société civile avec le Centre de recherche appliquée en finances publiques (Cera-FP) a organisé ce jeudi 17 septembre 2020 à Ouagadougou, une rencontre avec l'ensemble des acteurs concernés, en vue d'échanger sur le cadre communautaire et son effectivité au Burkina.


Le Cera-FP en partenariat avec l'Ong Oxfam/BF met en œuvre depuis 2018, un projet intitulé "Initiative multipartite pour une économie humaine en Afrique" (WAF). Ce projet poursuit selon ses initiateurs, poursuit un objectif ultime, notamment la promotion de la justice fiscale pour contribuer à la réduction des inégalités au Burkina. La justice fiscale se définit comme étant la définition et la mise en place d'un système fiscal qui est assis sur les capacités contributives des contribuables. Mais aussi, de fortes parts budgétaires allouées aux investissements sociaux de base comme l'éducation, la santé, l'agriculture et l'accès à l'eau potable et assainissement. Pour prendre en charge cette thématique, "les Etats doivent travailler à déployer d'importants efforts pour une mobilisation optimale des ressources endogènes", soutien Yoropo Abdoul Dembélé, PCA du Cera-FP.

Cependant, les efforts des administrations fiscales des pays africains sont fortement annihilés par les dépenses fiscales liées aux mesures dérogatoires accordées dans le cadre de la politique économique et sociale des Etats et l'utilisation des failles du système fiscal par les multinationales à travers le phénomène de FFI. En effet les pays de la sous-région africaine connaissent depuis plus d'une dizaine de décennie, un boom dans le domaine des industries extractives. Cet état de fait a conduit les pays à accorder davantage d'allègements fiscaux pour attirer les investisseurs étrangers. Cette situation a engendré une concurrence implicite entre les Etats, chacun voulant attirer le plus d'investisseurs sur son territoire, desservant du même coup, les intérêts des populations de ces Etats.

C'est ainsi que depuis 2015, le Burkina procède suite à une décision de l'Union monétaire ouest-africaine, a mis en place un cadre national d'évaluation des dépenses fiscales. Au regard des évaluations faites en 2016, 2017 et 2018, M. Dembélé fait remarquer que les plus grands bénéficiaires de ces dépenses fiscales sont les entreprises. En outre, la faiblesse du système et des outils de surveillance, de contrôle et de traçabilité des transactions financières vient accentuer le phénomène dans ces pays. En effet, les estimations les plus récentes de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), indiquent qu'au cours de la période 2000-2015, les FFI nets entre l'Afrique et le reste du monde se sont élevés en moyenne à 73 milliards de dollars US par an, rien qu'en raison de la fausse facturation. "Ce qui est sensiblement plus que le montant de l'aide publique au développement reçue chaque année par l'Afrique durant la même période", fait remarquer M. Dembélé.

L'objectif de cette rencontre est donc de nourrir le débat public pour l'amélioration de la pertinence des dépenses fiscales et la réduction des pertes de recettes induites par les incitations fiscales et les FFI. C'est donc un cadre d'information, de débat et de réflexion, mais aussi d'interpellation et d'action.

Le mardi 8 septembre 2020, l’Ambassadeur de Chine au Burkina Faso Li Jian et Monsieur Salifou Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles ont ensemble procédé à l’inauguration du centre de recherche sur le Mil Burkina Faso/ République populaire de Chine à Loumbila, en présence de Sa Majesté le Larlé Naaba Tigré, des autorités communales et des techniciens burkinabè et chinois.

Du 29 au 30 août 2020 a eu lieu la 4ème édition des Journées de l’entrepreneur créatif ( JEC). 48 heures durant, ces journées qui visent à booster la créativité entrepreneuriale des jeunes sous le leadership du coach Issa Démé, ont permis à une cinquantaine de jeunes entrepreneurs, d’acquérir des connaissances dans leurs domaines respectifs.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a assisté jeudi 13 août soir, par visioconférence, à la signature du 2e Compact par l’ambassadeur du Burkina Faso à Washington, Seydou Kaboré et le Président directeur général (PDG) du Millennium challenge corporation (MCC), Sean Cairncross.

La ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué/Sorgho, a visité le vendredi 17 juillet 2020, l’agence commerciale de la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques (CAMEG) de Tenkodogo. Accompagnée par le ministre de la Culture, Karim Sango, la ministre déléguée chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline Zouré et les premières autorités de la région Centre-est, Pr Lougué/Sorgho est allée encourager le personnel de cette structure.

Le Centre d'études et de recherche appliquée en finances publiques (CERA-FP) fait une analyse citoyenne du projet de loi de finances rectificatives 2020. Dans cette analyse rendu publique le 10 juillet dernier, le CERA-FP fait des propositions alternatives en guise de contribution, notamment la prise en compte par le gouvernement des revendications salariales des partenaires sociaux.

Christian N. D. Agossa, directeur général de la CRRH-UEMOA.

La Caisse Régionale de Refinancement Hypothécaire (CRRH-UEMOA) a tenu le mercredi 20 mai 2020, sa 9ème Assemblée Générale Ordinaire et sa 11ème Assemblée Générale Extraordinaire, par visioconférence, sous la Présidence de Monsieur Younoussi TOURE, Président du Conseil d’Administration de la CRRH-UEMOA. 

La 28e session de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat (AG-SE) a ouvert ses travaux, dans la matinée de ce jeudi 25 juin 2020, à Ouagadougou. Durant 48 heures, 21 entreprises vont voir leurs performances évaluées, au titre de l’exercice de 2019. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, président par délégation de l’AG-SE, représentant le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président de l’AG-SE.

Patrice Patindeba Naza est le nouveau directeur général de la Loterie nationale du Burkina (Lonab). Nommé lors du dernier conseil des ministres, il replace Simon Tarnagda, qui va pouvoir jouir d’une paisible retraite. 

Le Burkina Faso est en train de vouloir adopter un nouvel outil numérique dénommé «Index de mesure de l’inclusivité de l’économie digitale» (IDES en anglais). Grâce à l’Aide publique au développement du Luxembourg, et l’appui technique du Fonds d’équipement des Nations-Unies (UNCDF), le «pays des Hommes intègres» pourrait devenir le premier en Afrique francophone à expérimenter cette innovation qui prône entre autres l’inclusion digitale. Plusieurs acteurs du numérique ont échangé autour dudit outil à travers une web-conférence pour les derniers réglages le 19 juin 2020.

La Banque mondiale a approuvé le 5 juin 2020 un financement de 147,95 millions de dollars constitué à parts égales d’un don et d’un crédit et alloué par l’Association internationale de développement (IDA)* au deuxième Financement à l’appui des politiques de développement (DPF) pour la gestion des finances publiques, la croissance durable et les services de santé.

La nouvelle Représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, Madame Maimouna Mbow Fam a officiellement pris fonction ce lundi 1er juin 2020. Avant d’exercer ses nouvelles fonctions, Madame Fam était spécialiste en chef en gestion financière du service Gouvernance de la Banque mondiale pour la Région Afrique.