Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

La troisième phase du Programme national de gestion des terroirs (PNGT-2) arrive à échéance en décembre 2018. Clef de voûte du développement durable au Burkina, le développement local a pourtant été au centre de ce programme dont la fin inquiète les bénéficiaires. De Bobo-Dioulasso à Pôa en passant par Douna dans la région des Cascades, les acteurs sont unanimes : « la décentralisation sans le développement local est une coquille vide». 

La phase 3 du Programme national de gestion des terroirs (PNGT-2) tire à sa fin au mois de décembre prochain. Par devoir de redevabilité, les responsables du programme sous l’impulsion du réseau Initiative des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD), ont permis à une quinzaine de journalistes, de toucher du doigt les réalisations entrant dans le cadre de ce programme. Du 26 février au 2 mars 2018 donc, les hommes et femmes des médias ont parcouru trois régions du Burkina, occasion pour eux de faire le constat des réalisations et d’échanger avec les bénéficiaires.

Dans le cadre de son programme de coopération intitulé «Dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine», le gouvernement du Japon a procédé ce jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou à la signature d’un contrat de don d’un montant de plus de 47 millions de francs Cfa en faveur de l’Association Bi-Songo de la commune de Saponé. 

Ouagadougou accueille du 21 au 23 février 2018, la 5è édition du Forum Ouest-africain de développement des entreprises (Africallia). Ouvert officiellement ce jeudi 22 février par le chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré, ce rendez-vous d’affaires qui réunit 660 chefs d’entreprises venus des quatre coins du monde, se veut un cadre de partage et d’échanges entre personnalités du monde des affaires.

Le Collectif des associations des commerçants et ouvriers du Kadioga (Cacok), au cours d’une déclaration lue devant la presse ce mardi 20 février 2018 à Ouagadougou a égrené un chapelet de griefs à l’encontre de l’exécutif et du parti au pouvoir, le MPP.

Koumbané, localité située dans la région du Nord à environ 25 kilomètres de Ouahigouya dans la province du Yatenga, a accueilli le lundi 19 février 2018 la célébration de la Journée des légumineuses. Pour son engagement dans la promotion des légumineuses, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a été distingué au cours de cette journée par le président de la Confédération globale des légumineuses (GPC), Huseyin Arslan. C’était en présence du directeur général de la Fao, José Graziano da Silva, du ministre en charge de l’Agriculture, Jacob Ouédraogo et de plusieurs invités.

La première édition du «Consommons local» a été ouverte ce lundi 19 février 2018 par le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. Placée sous le thème «Consommation des produits locaux et création d’emploi : stratégies et engagements nationaux pour la dynamisation du secteur de productivité», cette foire qui se tient du 19 au 25 février 2018 à Ouagadougou vise à valoriser et à promouvoir les produits made in Burkina. Elle est l’œuvre de l’Association Wa-mêdô ou encore «Viens nous construire» en langue mooré.

Avec le soutien de la délégation de l’Union européenne, l’Union économique et monétaire Ouest-africaine organise du 19 au 27 février 2018, à Ouagadougou, les 3e et 4e sessions de formation avancée en droit et politique de concurrence au profit des cadres de la commission et des pays membres de l’Uemoa. Cette session clôture ainsi, le cycle de la 4ème promotion 2017/2018 du certificat d’études avancées en Droit international de la concurrence.

Le «Réseau d’achat pour la sécurité alimentaire avec le soutien de la diaspora burkinabè en Italie» (Rasad), tel est l’intitulé de ce projet de l’Association initiative communautaire changer la vie/Nazemse (ICC/Nazemse) et de l’ONG TAMAT. Lancé le 17 février 2018 à Ouagadougou, ce projet vise à soutenir la population burkinabè la plus vulnérable dans la poursuite de la sécurité alimentaire et du développement socio-économique.

La Coopérative Burkinabè de l’habitat (CBH), a tenu à apporter des éléments d’éclaircissements sur le différend qui l’oppose au ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme. C’était le 17 février 2018 à l’occasion d’une conférence de presse sur le site de la cité Bassinko.

Le bureau consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a rendu compte, aux médias et à l’ensemble de la communauté des affaires burkinabè, de ce qu’ils ont pu accomplir au cours d’une année d’exercice. Le bilan s’est fait au cours d’une conférence de presse tenu ce vendredi 16 février 2018 à Ouagadougou.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présidé ce jeudi 15 février 2018 à la primature la session extraordinaire du Comité d’orientation stratégique du Programme d’urgence pour le Sahel du Burkina Faso (PUS-BF). Cette séance a permis de faire le point des activités menées en 2017 et d’adopter le plan de travail de l’année 2018.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé