Aujourd'hui,
URGENT
HCR: le Burkina Faso accueille à ce jour près de 34.000 réfugiés dont 56% d'enfants.
Présidence : les rois de différentes localités reçus en audience le mardi 20 juin par Roch Kaboré.
Mali: une trentaine de morts dans des violences entre Peuls et Dogons dans le centre du pays.
Auto-emploi : le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes, crédité d'une enveloppe de 16,5 milliards de FCFA.
Auto-emploi : les jeunes et les femmes burkinabè invités à soumettre leurs demandes de financement dès le 26 juin.
Algérie: un père écope de 2 ans de prison ferme pour avoir suspendu son bébé dans le vide afin d’obtenir des «like» sur Facebook.
Ramadan: 462 infrastructures marchandes de Ouagadougou ont été contrôlées par le ministère du Commerce.
ONU : Zéphirin Diabré participe aux travaux de la 35ème session du Conseil des Droits de l'Homme actuellement à Genève, Suisse.
Centrafrique : accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les Casques bleus congolais chassés de la Minusca.
Bac 2017: le doyen des candidats, Amadou Gazambé, 58 ans, passe l'examen pour la 11ème fois.

ECONOMIE

La 6ème édition du Salon international de l’énergie, des mines et des carrières (Semica) se tiendra du 25 au 27 Mai 2017 à Ouagadougou sous le thème : «Partenariats public-privé». A quelques jours de l’évènement, Innocent Belemtougri, président du Semica, dévoile les points saillants de cette édition. Il révèle par ailleurs la fusion du Semica avec la Semaine des activités minières de l’Afrique de l’Ouest (Samao).


Fasozine : Le Semica se tiendra-t-il à bonne date ?
Innocent Belemtougri : la 6è édition du Semica aura effectivement lieu du 25 au 27 mai 2017 à Ouagadougou comme annoncé. C’est l’occasion pour moi de dire que les discussions avec l’administration publique nous ont permis de nous accorder sur l’essentiel. A savoir que chacun contribue au rayonnement international du Burkina Faso et à son développement. Le Semica va se tenir et se maintenir dans sa forme que vous aviez connu pour peu que cela puisse se faire dans un cadre harmonisé qui correspond à une certaine vision de l’action publique en matière de promotion du secteur des mines. Ce cadre harmonisé a été institué à travers la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (Samao). Ce qui nous a conduits depuis quelques semaines à accepter officiellement d’entrer dans le cadre harmonisé de la Samao. Ce qui veut dire que tout va très bien et c’est la dernière édition du Semica sous sa forme que vous connaissez. En 2018 vous nous retrouverez avec l’administration publique pour encore booster les secteurs énergies, mines et carrières du Burkina et du continent africain, mais dans le cadre de la Samao.

Quelles ont été vos motivations ?
A l’époque nous avions demandé que les discussions se poursuivent afin que chaque partie puisse trouver son compte. Nous avons pris le temps d’analyser l’offre gouvernementale et d’en tirer la leçon et l’enseignement qu’il est utile que le secteur privé se joigne à l’administration publique afin de promouvoir le Burkina tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. C’est ce qui nous a conduits à entrer dans la Samao. Nous avons aussi senti une grande ouverture des premiers responsables de nos deux ministères de tutelle, quand à la nécessité de pérenniser le Semica et une hauteur de vue sur les perspectives d’avenir. Et c’est cela qui a conforté notre décision de nous joindre à l’action publique. Nous estimons que nous avons notre part à jouer dans l’ambitieux programme gouvernemental qu’est le Plan national pour le développement économique et social (PNDES). Nous nous voyons comme des joueurs de football qui doivent jouer pour que le Burkina Faso gagne. Sur ce terrain de jeu, peu importe le poste où la Nation nous placera. C’est cette discussion qui a été menée et nous sommes tombés d’accord que le Semica doit rester sur le terrain de jeu en intégrant l’équipe nationale qu’est la Samao.

Où en êtes-vous à quelques jours du Semica 2017 ?
Le Semica 2017 c’est 7 panels de conférences qui sont toutes reliées au thème central qu’est le Partenariat public privé (PPP). Nous avons choisi ce thème pour mieux coller à l’actualité parce que le PNDES est bâti à 80% sur les PPP. C’est l’occasion pour nous à travers les 7 panels, de réfléchir sur comment les secteurs énergies, mines et carrières puissent contribuer au succès du PNDES. A ce jour le comité d’organisation est fin prêt et nous n’attendons que les participants.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir