Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 
Afrique: l'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba après 20 ans de conflit (RFI)
Burkina: l’Union européenne offre plus de 4 milliards de FCFA pour la modernisation de l’enseignement franco-arabe (AIB)

ECONOMIE

Après un premier forum sur le financement des PME/PMI, Ecobank Burkina, la banque panafricaine, a organisé ce mercredi 6 décembre 2017 un second forum à l’attention de sa clientèle. L’objectif était de rassembler tous les acteurs du commerce international et africain pour leur présenter les produits du commerce international afin de leur permettre de stimuler leurs activités commerciales.

Cet évènement, organisé en panel de discussions en collaboration avec la Maison de l’entreprise du Burkina Faso, permet aux clients d’interagir avec les techniciens du ministère du Commerce sur la nouvelle règlementation en matière d’opérations commerciales. Puis, avec l’équipe de la direction de la banque, sur les opportunités qu’elle offre en matière de commerce international et intra-régional en Afrique.

L’idée de ce forum, selon le directeur général de la banque panafricaine, Cheikh Travaly, est de «pouvoir expliquer aux clients de Ecobank les possibilités qu’ils ont en utilisant les instruments du commerce international, les risques liés, comment se prémunir contre ces risques, et comment les financer dans le cadre de ce commerce».
Il a été question dans un premier temps de discuter de la remise documentaire et de la lettre de crédit qui est un instrument pour financer le commerce international. Cet instrument, précise M. Travaly, est un moyen de paiement très sécurisé pour l’acheteur et le vendeur.

Et la directrice de la banque commerciale d’Ecobank, Marie Jeanne Yago, organisatrice du présent forum, d’ajouter qu’avant d’utiliser un produit et d’amener les clients à l’adopter, il faut le connaitre. «Nous avons présentés à notre clientèle les produits du commerce international et nous leur avons expliqué en quoi ces produits consistent afin de pouvoir susciter une plus grande adhésion», a-t-elle dit. En ajoutant que «beaucoup de clients préfèrent aujourd’hui passer par le marché noir pour effectuer leur transfert avec tous les risques que cela représente. Et pourtant, en utilisant les instruments du commerce international, on garantit un cadre d’échange sécurisé et profitable pour nos clients, d’où tout l’intérêt du forum de ce jour».

Le second panel a porté sur tout ce qui est transfert. «Les clients PME/PMI, les commerçants se plaignent beaucoup de la lenteur, de la lourdeur et du coût des transferts. Nous essayerons donc de leur expliquer le cadre règlementaire pour les transferts et comment faire pour que ces transferts se fassent le plus rapidement possible et au coût le plus avantageux pour eux», a laissé entendre le directeur général de Ecobank Burkina. Par ailleurs, la dernière partie du forum a permis de présenter les mécanismes de garantie qui peuvent permettre aux PME/PMI d’avoir accès aux financements plus facilement au niveau des banques et à des coûts très compétitifs.

Une des clientes de la banque, Isabelle Tapsoba, de la Fondation pour le développement communautaire, une ONG, a loué cette initiative de Ecobank d’avoir permis à sa clientèle d’exposer ses préoccupations. Elle dit rencontrer des difficultés pendant les transactions et les transferts internationaux. «Les difficultés constatées sont souvent les délais de transferts. Il peut arriver parfois que les fonds viennent et il y a des délais au niveau de la banque pour notifier au partenaire que les fonds sont disponibles. Il faut que nous soyons pro actifs dès que nous avons l'information par notre partenaire qui envoie l’argent que les ressources ont été transférées afin que nous puissions suivre régulièrement pour avoir la bonne date de la disponibilité des ressources afin de pouvoir mener nos activités», souligne-t-elle.

Dans la même veine, Alioune Ousmane Diallo, un autre client de la banque, a félicité Ecobank pour son initiative qui lui permettra de découvrir davantage car, selon lui, les procédures au niveau national et international ne sont pas statiques. Il a donc reconnu les efforts faits par la banque. Car, explique-t-il, «nous travaillons avec d’autres banques. Et quand on fait des comparaisons par rapport au délai de traitement des dossiers notamment les ouvertures de lettres de crédit, les virements sur l’international, je pense que Ecobank fait partie des banques qui nous donne des délais records assez intéressants».

Il dit attendre néanmoins des améliorations au niveau du délai de traitement des dossiers, de traitement des clients et aussi au niveau du taux. «Si nous pouvions avoir des taux préférentiels, cela arrangerait toujours les clients que nous sommes», lance-t-il.

Ce forum se présente comme une source d’opportunités commerciales et de réseautage avec les agences de réglementation du commerce invitées ainsi que d’autres parties prenantes. Ecobank, «La banque panafricaine» encourage ses clients à saisir cette opportunité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé