Aujourd'hui,
URGENT
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019

ECONOMIE

Du 16 au 17 janvier 2018, se tiendra à Ouagadougou une conférence internationale avec pour thème «gouvernance, démocratie et affaires». Elle est organisée conjointement par le gouvernement burkinabè, à travers le ministère en charge des Affaires étrangères, la Chambre de commerce du Burkina, la Chambre de commerce américaine et une organisation de la société civile américaine.  Cette conférence est née de la volonté du président du Faso lors de son séjour en septembre dernier au «Burkina day» à New York. Le chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry, a rencontré la presse ce lundi 15 janvier 2018 afin de décliner les grandes lignes de cette rencontre. 

Cette conférence internationale des hommes d’affaires burkinabè et américain vise à renforcer les voies des entreprises afin de soutenir la démocratie et la gouvernance surtout en Afrique. Selon le ministre des Affaires étrangères, cette rencontre est une occasion formidable qui renforcera les relations entre les Etats-Unis et le Burkina Faso.

A cette rencontre, plusieurs thèmes répartis en 5 panels seront débattus. Aux dires du ministre Barry, le premier panel portera sur la  «gouvernance collective en Afrique: éthique sécurité et inclusion économique et politique». A l’écouter, ce panel examinera les possibilités de collaborations entre le secteur des entreprises, le gouvernement et la société civile en vue de renforcer l’éthique de la gouvernance, répondre aux préoccupations sécuritaires croissantes et assurer l’inclusion des populations marginalisées. Il a indiqué que les panélistes qui sont d’ordre Burkinabè, Américains et Africains partageront leurs expériences dans ces différents domaines suscités.

Le second panel, portera sur «plaidoyer politique et la mise en œuvre pour une gouvernance collaborative». Le chef de la diplomatie burkinabè a précisé que c’est un panel qui sera axé principalement sur les questions parlementaires. «Les discussions porteront sur les manières dont le gouvernement joue un rôle d’intervention essentiel lorsqu’il s’agit de favoriser un bon environnement à des affaires et démocratiques pour ses citoyens en abordant les aspects clés de la création et de la mise en œuvre politique. Les participants auront donc l’occasion d’identifier les défis et les opportunités dans l‘espace politique» a expliqué le ministre Barry.

Le troisième panel : «réaliser le développement durable et la croissance grâce à une gouvernance éthique» vise à échanger sur la promotion d’une culture de dialogue entre les entreprises, le gouvernement et la société civile en explorant l’intérêt mutuel dans le renforcement de la gouvernance démocratique.

 «Identifier les sociétés résilientes pour faire face aux menaces sécuritaires» et «adopter les technologies pour renforcer l’inclusion économique et politique des citoyens» sont respectivement les thèmes des deux derniers panels. Toutes ces discussions réuniront des parlementaires  et ministres burkinabè et les différentes couches socio-politiques. Puis, des chefs parlementaires d’Afrique de l’ouest et probablement des chefs d’Etats. A noter que cette rencontre réunira aussi une centaine d’hommes politiques et environ 350 participants burkinabè. Cette conférence internationale sera ponctuée par une déclaration dite «la déclaration de Ouagadougou» et cette déclaration retracera les engagements de la part des participants.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé