Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

La Banque mondiale vient d’octroyer un financement équivalent à 100 millions de dollars au Burkina Faso, afin d’appuyer la série de programmes de réformes entreprise par le pays dans les secteurs de l’énergie et de la fiscalité. Ce montant comprend un prêt de 55 millions de dollars et un don de 45 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres.


Ces réformes entendent améliorer la viabilité financière du secteur de l'énergie; diversifier les sources d’énergie en améliorant le cadre juridique et institutionnel de ce secteur. Elles renforceront également le recouvrement des taxes et impôts ainsi que le système de passation des marchés publics.

« Cette série de programmes d’appuis budgétaires est conçue pour répondre aux défis auxquels le gouvernement du Burkina Faso est confronté dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020. L’approbation de ce financement par notre Conseil d’administrateurs démontre la détermination de la Banque mondiale à renforcer son partenariat pour le succès du PNDES », a déclaré Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso.

Le ralentissement de la croissance économique, la baisse des recettes fiscales et l'augmentation des dépenses publiques pour répondre aux pressions sociales après la période de transition politique (novembre 2014 à la fin de l’année 2015) ont obligé l’État à réduire ses dépenses d'investissement.  De fait, le pays ne dispose que d’une faible capacité de production énergétique, et sa situation financière de plus en plus difficile a des répercussions sur le secteur, mais aussi sur le budget de l’État et l'ensemble de l'économie.

C’est pour y remédier que ces programmes de réformes se concentrent sur les axes du plan national de développement relatifs à l’amélioration de la gouvernance économique, à la transformation structurelle de l'économie et au développement du secteur privé.

« Les réformes proposées auront également un impact sur le développement du capital humain. En effet, un meilleur accès à l'électricité améliorera le bien-être de nombreux ménages et augmentera ainsi la capacité d'apprentissage de leurs membres. De même, l'augmentation de l'espace budgétaire et la rationalisation des dépenses publiques permettront de mieux allouer les ressources aux secteurs sociaux, notamment celui de l'éducation et de la santé », a déclaré Samba Ba, chef d'équipe du Programme à la Banque mondiale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé