Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

ECONOMIE

Depuis quelques semaines le Burkina Faso enregistre un nouveau-né au sein des établissements bancaires. Wenkuni Bank International (WBI), ce nouveau-né, a été officiellement inauguré ce vendredi 29 juin 2018 en présence du Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

Dotée d'un capital social de 12 milliards de francs CFA, les actions de Wendkuni Banque International (WBI) se répartissent entre une dizaine d’actionnaires dont le majoritaire est Planor Afrique de l'homme d'affaires Apollinaire Compaoré, avec 45% des parts. Quatorzième établissement bancaire au Burkina Faso, WBI,  qui a ouvert ses portes le 31 mai 2018, compte actuellement une cinquantaine d'employés directs.

Selon ses promoteurs, Wendkuni Bank International vient contribuer au renforcement de la bancarisation et du financement de l’économie du Burkina Faso. Elle ambitionne également -dès sa première année d’exploitation- de développer un réseau d’agences ou de guichets couvrant progressivement le territoire national, notamment dans les régions à fort potentiel agricole, commercial, industriel ou minier.

«Afin de mieux servir sa clientèle, la banque ambitionne, très prochainement, d’accroitre sa représentativité géographique par l’ouverture d’agences à Ouagadougou et dans les autres villes du Burkina Faso. Elle se veut également être une banque internationale à travers l’ouverture à moyen ou long terme des filiales dans la sous-région», a affirmé le directeur général de WBI, Adama Sanfo.

Les promoteurs ont opté pour le statut de banque à vocation universelle ayant pour but, entre autres, de mobiliser l’épargne intérieure et des concours financiers extérieurs pour financer l’investissement et les besoins d’exploitation des PME et PMI, d’offrir à plus longue échéance, avec le développement de ses activités et de son expertise, des services d’ingénierie financière, seule ou en partenariat...

Aux dires de son premier responsable, en venant s’ajouter aux 13 autres déjà existantes, Wendkuni Bank International va susciter une émulation. «L’émulation, c’est naturellement dans l’intérêt du consommateur final et le consommateur final dans les banques, ce sont les clients parce que si vous avez deux, trois ou quatre banques qui vont vers les clients, le bénéficiaire final c’est le client donc, c’est un avantage», confie M. Sanfo.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, qui a félicité les promoteurs, a fait savoir qu’avec WBI, le gouvernement a un partenaire sûr pour accompagner Plan national de développement économique et social (PNDES).  Sa conviction est faite que le sous financement et la faible inclusion financière constituent l’une des principales contraintes au développement.

Il a aussi ajouté que l’une des principales contraintes au développement des pays africains est le faible accès aux services banquiers et financiers. «Il est important que l’on puisse faire en sorte que tous les Burkinabè puissent avoir accès au compte bancaire, aux services bancaires pour pouvoir financer les projets, les micro-projets, les entreprises, la création d’écoles, la modernisation des fermes, l’exploitation agricole. C’est dans cela que le Burkina va se développer», martèle le chef du gouvernement.

Et la représentante du ministre en charge de l’Economie, Edith Clémence Yaka, de préciser que le taux de bancarisation au Burkina Faso -le pourcentage de la population adulte détenant des  comptes bancaires, les services postaux, les caisses nationales d’épargne et le trésor public-, est passé de 5% en 2006 à 22% en 2016, comparativement au taux de bancarisation au niveau de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) qui est passé de 7,5% en 2006 à 16,8% en 2016. Donc, pour elle, l’élargissement du paysage bancaire au Burkina avec l’arrivée de WBI permettra de contribuer «fortement à l’amélioration du taux de bancarisation».

Il est à noter que le projet de création de WBI est né de la volonté du groupe Planor Afrique, associé à des partenaires locaux, de mettre en place une institution bancaire susceptible de contribuer au renforcement de la bancarisation et du financement de l’économie nationale.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé