Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

ECONOMIE

Il s’est ouvert ce lundi 9 juillet 2018 à Ouagadougou, sous la présidence du chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba, la conférence internationale sur la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Cette rencontre qui regroupe les partenaires publics, privés et le gouvernement burkinabè met l’accent sur la problématique de la consommation des produits agro-sylvo-pastoraux. Le Programme d’urgence pour le sahel (PUS), le Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL) sont aussi sur la table des discussions. 

Deux ans après la tenue de la conférence de Paris en décembre 2016, le gouvernement burkinabè a estimé qu’il était opportun de faire un bilan d’étape, une évaluation du chemin parcouru pour identifier les points de succès mais également les points sur lesquels le gouvernement doit faire plus d’effort dans le cadre du PNDES et de sa mise en œuvre réussie.

Aux dires du ministre en charge de l’Economie, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly, le secteur agro-sylvo-pastoral occupe 86% de la population totale et fournit environ 45% des revenus des familles rurales mais sa contribution à la création de la richesse nationale demeure très faible. Pour elle, l’accélération de la transformation agro-sylvo-pastorale s’impose au Burkina Faso, pays enclavé, d’où, le thème de la présente conférence «accélérer la transformation agro-sylvo-pastorale au Burkina Faso» qui servira de cadre de réflexion et de propositions pour accélérer cette transformation. 

Quant au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, l’ambition du gouvernement burkinabè pour ce secteur est de créer les conditions nécessaires pour permettre son véritable essor afin d’augmenter sensiblement sa contribution à la création de richesses et d’emplois pour les femmes et les jeunes et ce, à travers une valorisation accrue des produits des différentes filières concernées. «Au cours de cette conférence, nous devons nous pencher sur les modalités de financement et de réalisation des projets dans ces filières dont un grand nombre est réalisable par le secteur privé. Ce qui contribuera à l’amorce de la transformation structurelle de l’économie burkinabè» martèle-t-il.

Les partenaires techniques et financiers du Burkina Faso félicitent et soutiennent la tenue de cette rencontre dite de Ouagadougou. «S’agissant du PUS et du PADEL, il faut que le gouvernement se dote des outils pour agir sur les fragilités que nous connaissons, sur les vulnérabilités et corriger les inégalités» confie Metsi Makhetha, présidente de la troïka des partenaires techniques et financiers. Elle précise que ces deux programmes représentent un cadre intégré qui permettra au gouvernement d’engager avec les partenaires pour que le pays transforme son économie –qui est un focus particulier sur les zones fragiles- afin d’éviter un impact sur la dynamique de la mise en œuvre du Pndes.

En effet, durant ces 48 heures de travaux, les échanges porteront sur, entre autres, les principales réalisations du PNDES et les réformes en cours pour améliorer la gouvernance économique et institutionnelle ainsi que le climat des affaires. Aussi, les participants se pencheront sur le potentiel et les opportunités d’investissement dans la transformation agro-sylvo-pastorale, et le financement adéquat du PUS et du PADEL en vue de la promotion des économies locales.

Sur un coût total de 15 395 milliards de FCFA, l’ambition du gouvernement est de financer le PNDES à hauteur de 9 825 milliards sur ressources propres soit 64% et de 5 570 milliards sur ressources extérieures, soit 36%.

En marge de la conférence, se tient une exposition de produits issus de l’agriculture, de la foresterie, de l’élevage et de la transformation industrielle locale.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé