Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

ECONOMIE

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) est sorti de son silence ce samedi 24 novembre 2018 au cours d’une conférence de presse, qui servait de cadre pour qu’elle livre sa position face à la retenue à la source de la taxe de résidence opérée par le gouvernement. Il qualifie cette mesure de « répression fiscale ».

 « On ne peut pas saisir le salaire d’un travailleur sans suivre la procédure » foi de Nongo Grégoire Traoré, secrétaire général de la SNAID.  En début novembre, via un communiqué, la direction générale des impôts invitait les usagers à s’acquitter de leur taxe de résidence, faute de quoi, elle procédera à des retenues à la source.  

Selon le constat de certains fonctionnaires, les retenues à la source ont été opérées sur les salaires du moi de novembre 2018. C’est cette situation qui est décriée par M. Traoré et ses camarades qui trouvent que le délai donné n’était pas « raisonnable ». Selon Nongo Grégoire Traoré, le communiqué a été publié en début de mois de novembre, et les concernés avaient jusqu’à la date du 10 du même mois, pour être en règle. De ce fait, pour la SNAID, cette procédure appliquée par l’Etat est « illégale et injuste ».  Et c’est fort de ce constat, qu’il estime qu’il s’agit « d’une violation flagrante du principe de l’égalité de tous devant les impôts ». 

Par ailleurs, constatant que certains de leurs camarades ont déjà été victime de cette « injustice » car ayant été coupés d’une retenue à la source allant de 4.000 F CFA à 9.000 F CFA, le SNAID exige du gouvernement un remboursement desdites sommes « sans formalité préalable ». 

Par la même occasion, le gouvernement a été invité à « l’arrêt des procédures de tracasseries contre les travailleurs, à la soumission de tous les citoyens en fonction de leur faculté contributive à des bases d’impositions juste et équitables et au recouvrement des dettes de l’Etat de toutes natures ».         

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé