Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

ECONOMIE

La 5ème édition du Salon international du textile (Sita) se tiendra du 28 au 30 novembre 2018 à Ouagadougou. A jj-2 de l’événement, le commissariat général du salon  a animé une conférence de presse  ce lundi 26 novembre 2018 afin de dresser le bilan de l’organisation.


Avec pour thème «avenir du textile africain: défis environnementaux et perspectives de développement socio-économique», le Sita est un marché de promotion, de négociations et d’échanges qui rassemble  sur un même espace, différents professionnels du textile vestimentaire et de l’ameublement (industriel, artisans et stylistes). Selon la directrice du Salon, Antoinette Yaldia, l’objectif général du salon est de promouvoir le développement du textile africain.

A l’instar des éditions précédentes, le textile africain sera célébré au cours du Sita 2018 à travers six activités majeures. A entendre, la directrice, l’ensemble des activités programmées auront bel et bien lieu. Il s’agit d’une cérémonie d’ouverture le mercredi 28 novembre sur l’avenue des Tensoba, d’une parade des tenues traditionnelles africaines, d’une exposition vente, d’une conférence internationale sur le thème de l’édition le jeudi 29, des soirées de défilé grand public et enfin une soirée apothéose dénommée «nuit du coton» le vendredi 30.

Des innovations majeures, il y en aura deux pour cette édition. L’une d’elle est le patronage du président de la République de la Guinée Equatoriale qui sera représenté par son ministre. La deuxième est le nombre de pays notamment africains qui participeront au Salon. En effet, il s’agit d’une trentaine de pays africains tels que, entre autre, la Guinée Equatoriale, le Niger, le Congo le Zimbabwe, la Côte-d’Ivoire qui participeront à la grande parade des tenues traditionnelles africaines et à l’exposition. «Prendront aussi part à la parade, des écoles burkinabè ayant instituées le port du tissu traditionnel comme tenues scolaires dont l’école Thomas Sankara et ‘les Bravo du Siècle’», selon Sébastian Sanon, chargé à l’organisation de la conférence internationale. Il a affirmé que les rues marchandes feront place seulement aux expositions professionnelles du textile africain.

Des 17 pays ayant confirmés leur participation, la Sierra Leone est déjà présente. Vu la particularité de l’édition toujours selon la directrice, le budget alloué pour l’organisation est de 200 000 millions de francs Cfa. Sur la question de sécurité, elle a rassuré que ce volet sera pris en charge par la Police nationale qui, dès la veille (27 novembre) de l’ouverture, sera sur les lieux. «Tout est fin prêt pour la 5é édition du Sita» a-t-elle conclu.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé