Aujourd'hui,
URGENT
Migrations: les migrations africaines vers l'Europe en recul depuis 3 ans selon l'OCDE
Burkina: 5 soldats tués dans une embuscade à Toéni dans la province du Sourou (Boucle du Mouhoun)
Tunisie: l’ancien président en exil Ben Ali est mort à 83 ans en Arabie Saoudite
Burkina: «Plus de 46 000 enfants non scolarisés ont été enregistrés au niveau des déplacés internes » (Stanislas Ouaro)
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés

ECONOMIE

Au Burkina, dans le cadre de la commémoration des 25 ans de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Meyliet Koné Tiemoko a eu une audience avec le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba ce vendredi 11 janvier 2019.

En tant que gouverneur de la BCEAO, Koné Tiemoko affirme que «la santé économique de l’UEMOA est bonne». Une bonne forme qui se justifie selon lui par l’augmentation du Produit intérieur brut (PIB) depuis pratiquement 2012 et qui est toujours en croissance. Ce qui n’est pas le cas pour les pays des autres régions renchérit-il. Au niveau du Burkina, «la croissance est bonne malgré les difficultés sécuritaires», selon M. Tiemoko. Une croissance qui serait de 6,6% en 2018 selon le patron de la BCEAO.

«Ce tour d’horizon nous a permis de voir que les perspectives pour les années à venir sont bonnes. Il faut souhaiter que les conditions sécuritaires s’améliorent de plus en plus pour permettre au Burkina d’aller de l’avant et permettre une croissance de plus en plus élevée. On ne peut pas ne pas dire la satisfaction que nous avons de voir que le pays avance comme tous les pays de l’union à la satisfaction non pas seulement de la banque centrale mais aussi de la communauté financière internationale», reconnait M. Tiemoko. Il souhaite d’ailleurs que les conditions s’améliorent et que les efforts fournis soient récompensés pour un bonheur de plus en plus important des populations burkinabè.

Du débat sur le francs CFA, le gouverneur de la BCEAO estime qu’il n’y a pas d’actualité avec cette monnaie. «Le francs CFA est une monnaie solide, qui sert nos Etats, qui permet la croissance et que les populations adoptent. Parce qu’on ne voit dans aucun pays, des personnes qui se lèvent pour dire qu’ils veulent le Dollar, le Yen ou des Euros. Ils travaillent tous avec le francs CFA. C’est une polémique qui s’est faite à un moment. Pour nous, il n’y a pas de problème avec le francs CFA», ajoute M. Tiemoko. Cependant, Koné Tiemoko reconnait qu’une monnaie peut évoluer lorsque les pays évoluent. Mais pour lui, elle évoluera selon ce que les conditions économiques imposeront et non à cause d’une quelconque polémique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé