Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

ENVIRONNEMENT

Les promoteurs ne respectent pas la loi N°017-2014/AN du 20 mai 2014 portant interdiction de production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. C’est le constat fait lors d’une opération spéciale de contrôle sur le respect de ladite loi effectuée du 25 au 29 septembre 2017 dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso. Le bilan de l’opération a été présenté aux hommes et femmes de médias le vendredi 13 octobre 2017 à Ouagadougou par le ministre en charge de l’Environnement.

A ce point de presse, le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Nestor Batio Bassière, a apporté des éclaircissements aux journalistes sur la lutte contre les sachets non-biodégradables. Le ministre s’est d’abord réjouit du fait que le sachet biodégradable est de plus en plus utilisé dans notre pays. Pour preuve, environ 200 certificats d’homologation ont été délivrés par la direction générale de la préservation de l’environnement. Cependant l’objectif est loin d’être atteint.

Sur 129 sociétés contrôlées à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso du 25 au 29 septembre 2017, seulement 25 sociétés soit environ 20% sont en règles vis-à-vis des dispositions de la loi. Ce qui veut dire que 80% de ces entreprises ne sont pas conformes soit 104 sociétés.

Selon le ministre Nestor Batio Bassière, à la date du 09 octobre 2017, sur les 104 promoteurs convoqués 13 ont été déjà auditionnés et sanctionnées, 65 auditions sont en cours et les auditions des 26 autres sont aussi programmées. Les auditions se poursuivront jusqu’à épuisement de la liste des interpellés.

Parmi les actions futures du ministère en charge de l’environnement, on note l’acquisition des appareils de test de biodégradabilité pour plus d’efficacité dans les opérations de contrôle. Monsieur Nestor Bassière a saisi l’occasion pour réitérer ses encouragements aux initiatives privées et aux différents acteurs qui interviennent dans la collecte et la valorisation des déchets plastiques.

MEEC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé