Aujourd'hui,
URGENT
Chine: le Burkina inaugure officiellement  les locaux de son ambassade à Pékin
Mali: la première phase de l'opération de désarmement DDR terminée à Tombouctou
Diplomatie: le président du Faso en visite officielle à Paris a salué le respect des engagements pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA

ENVIRONNEMENT

La Coordination nationale des jeunes pour l’environnement et le climat (Conajec) à organisé, du 19 au 21 octobre 2017 à Ouagadougou, une conférence nationale des jeunes sur le climat et les Objectifs pour le développement durable (ODD). A l’occasion, Jose Alegre Sanchez, premier conseiller politique chargé d'affaire représentant le chef de délégation de l'Union européenne au Burkina a réaffirmé la volonté de l’Union, à travailler avec le Burkina dans la lutte contre le fléau.

Placé sous le thème : «Mise en œuvre de la contribution déterminée au niveau national et de l’accord de paris: quelle contribution de la jeunesse burkinabè», cette conférence selon les organisateurs, visait à sensibiliser la jeunesse burkinabè sur le changement climatique.

Patron de cette deuxième édition, l’UE estime que la lutte contre le changement climatique est un défi certes mais qu’elle offre aussi des opportunités. «Ce sont des occasions d’inventer de nouvelles façons de produire et de consommer, d’investir, d’échanger et de promouvoir une croissance socio-économique durable. Opportunités gagnant-gagnant, profitant aux gens et bénéficiant la planète», a fait remarquer  M. Sanchez.  Venus de différentes régions du Burkina et d’autres pays voisins, les jeunes participants se sont montrés très attentifs à la communication du représentant de l’UE.

Prenant très au sérieux la problématique, l’UE estime qu’il est essentiel que les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les stratégies et plans d’adaptation au changement climatique mis en avant à Paris en 2015, soient traduits en politiques et mesures concrètes et viables. L’institution entend donc fournir une quantité très importante de fonds pour soutenir l’action climatique tant en Europe comme dans les pays partenaires dont fait partie le Burkina.

Sur l’inquiétude de certains pays concernant l’impact possible des mesures contre le changement climatique sur la croissance économique, Jose Sanchez rassure : «Dans l’UE, nous avons constaté qu’il est possible de croître et de réduire des émissions. Nos émissions ont chuté de 22% depuis 1990, alors que l’économie de l’UE a augmenté de 50%.»

Le Burkina qui souffre d’une manière récurrente des aléas climatiques peut donc compter sur l’UE. «Tout ceci est aussi pertinent pour le Burkina et comme vous le savez, nous sommes prêts à travailler ensemble», a confié le conseiller Sanchez. Il ajoute d’ailleurs que les gouvernements ne doivent pas être les seuls à prendre des mesures. «Les entreprises, les villes, les régions, la société civile, la population dans son ensemble, nous tous, jouons un rôle décisif contre le changement climatique. Travaillons donc ensemble pour atteindre les objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés et pour répondre ainsi aux attentes des générations futures», a lancé le conseiller.

La plupart des priorités que l’UE et le Burkina ont identifié ensemble sont entre autre dans les secteurs de l’énergie, du développement rural, l’agriculture, l’eau, la sécurité alimentaire, le transport, la santé, la bonne gouvernance etc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé