Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

ENVIRONNEMENT

L’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) organise du 9 au 13 avril 2018 à Abidjan, un séminaire sur le thème «Environnement maritime et exploitation offshore des ressources pétrolières». 

C’est un thème majeur, caractéristique des Etats côtiers du golfe de Guinée, qu’aborde l’ISMI pour la première fois depuis sa création en septembre 2015: les risques de pollution liée à l’exploitation offshore des ressources pétrolières  et les réponses à ces mêmes risques.

Le Coordonnateur Régional ASECMAR, Olivier Mornet, a d’emblée attiré l’attention des participants sur l’importance du thème qui sera décortiqué.  «De façon plus précise, j’aimerais appeler votre attention sur le thème du séminaire consacré à l’environnement marin et l’exploitation des ressources pétrolières offshore. Parce que la pollution maritime n’a pas de frontière. Et par conséquent elle appelle de manière indispensable la coopération régionale et la collaboration entre autorités publiques et secteur privé», a-t-il résumé.

De son côté, Karim Coulibaly, le directeur général de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) -auquel est rattaché l’ISMI-, fait observer que les déversements d'hydrocarbures en mer sont des événements imprévisibles qui peuvent causer des dommages importants à l'environnement, la faune et les communautés côtières. «Le transport du pétrole a été responsable de plusieurs des plus grandes marées noires, notamment les accidents du Prestige [2001] et de l’Exxon Valdez [1989]), mais plus récemment, un nombre croissant d’incidents majeurs originaires de l’exploration et la production offshore», précise M. Coulibaly

Le golfe de Guinée qui se distingue par l’existence de routes maritimes stratégiques pour le commerce mondial et diverses activités d’exploitation de ressources d’hydrocarbures offshore, est donc fortement exposé aux risques de pollution marine, conclut-il.

Certes, des efforts et non des moindres sont réalisés au niveau national pour la mise en place des plans d’intervention d’urgence. Mais il reste encore beaucoup à faire en termes de promotion de ressources humaines performantes, maîtrisant les techniques de lutte contre la pollution marine, estime le directeur général de l’ARSTM.

Et c’est pour contribuer à une riposte efficace en cas de situation critique que cette formation à la fois juridique, technique et opérationnelle, est organisée, en collaboration avec le CEDRE (Centre de Documentation, de Recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux), et avec le concours de la compagnie canadienne CNR International.

L’objectif principal de cette formation financée par la coopération française est de renforcer les connaissances des responsables du secteur public comme du secteur privé pour prévenir les risques inhérents à toute activité économique.

Comme le résume le Directeur général de l’Environnement et du Développement durable de Côte d'Ivoire, la rencontre va fournir aux participants des outils et rudiments pour lutter contre les pollutions accidentelles des eaux marines intérieures par des hydrocarbures.

Le séminaire regroupe une trentaine de participants du Ghana, du Sénégal, du Bénin, du Togo, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Liberia, du Gabon, du Congo, de la Guinée Bissau, de la RDC, de Sao Tomé et Principe et de la Côte d’Ivoire.

Ils repartiront avec des éléments d’analyse leur permettant de mesurer les améliorations nécessaires à la prise en compte de ces risques, de se préparer à une participation active à une cellule de crise et pourront partager leurs expériences.

Pour rappel, l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI), rattaché à l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) d’Abidjan, délivre des enseignements répondant aux besoins des Etats du golfe de Guinée dans le domaine de la sécurité et de la sûreté maritimes, de l’action de l’Etat en mer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé