Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

ENVIRONNEMENT

L’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI) organise du 9 au 13 avril 2018 à Abidjan, un séminaire sur le thème «Environnement maritime et exploitation offshore des ressources pétrolières». 

C’est un thème majeur, caractéristique des Etats côtiers du golfe de Guinée, qu’aborde l’ISMI pour la première fois depuis sa création en septembre 2015: les risques de pollution liée à l’exploitation offshore des ressources pétrolières  et les réponses à ces mêmes risques.

Le Coordonnateur Régional ASECMAR, Olivier Mornet, a d’emblée attiré l’attention des participants sur l’importance du thème qui sera décortiqué.  «De façon plus précise, j’aimerais appeler votre attention sur le thème du séminaire consacré à l’environnement marin et l’exploitation des ressources pétrolières offshore. Parce que la pollution maritime n’a pas de frontière. Et par conséquent elle appelle de manière indispensable la coopération régionale et la collaboration entre autorités publiques et secteur privé», a-t-il résumé.

De son côté, Karim Coulibaly, le directeur général de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) -auquel est rattaché l’ISMI-, fait observer que les déversements d'hydrocarbures en mer sont des événements imprévisibles qui peuvent causer des dommages importants à l'environnement, la faune et les communautés côtières. «Le transport du pétrole a été responsable de plusieurs des plus grandes marées noires, notamment les accidents du Prestige [2001] et de l’Exxon Valdez [1989]), mais plus récemment, un nombre croissant d’incidents majeurs originaires de l’exploration et la production offshore», précise M. Coulibaly

Le golfe de Guinée qui se distingue par l’existence de routes maritimes stratégiques pour le commerce mondial et diverses activités d’exploitation de ressources d’hydrocarbures offshore, est donc fortement exposé aux risques de pollution marine, conclut-il.

Certes, des efforts et non des moindres sont réalisés au niveau national pour la mise en place des plans d’intervention d’urgence. Mais il reste encore beaucoup à faire en termes de promotion de ressources humaines performantes, maîtrisant les techniques de lutte contre la pollution marine, estime le directeur général de l’ARSTM.

Et c’est pour contribuer à une riposte efficace en cas de situation critique que cette formation à la fois juridique, technique et opérationnelle, est organisée, en collaboration avec le CEDRE (Centre de Documentation, de Recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux), et avec le concours de la compagnie canadienne CNR International.

L’objectif principal de cette formation financée par la coopération française est de renforcer les connaissances des responsables du secteur public comme du secteur privé pour prévenir les risques inhérents à toute activité économique.

Comme le résume le Directeur général de l’Environnement et du Développement durable de Côte d'Ivoire, la rencontre va fournir aux participants des outils et rudiments pour lutter contre les pollutions accidentelles des eaux marines intérieures par des hydrocarbures.

Le séminaire regroupe une trentaine de participants du Ghana, du Sénégal, du Bénin, du Togo, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Liberia, du Gabon, du Congo, de la Guinée Bissau, de la RDC, de Sao Tomé et Principe et de la Côte d’Ivoire.

Ils repartiront avec des éléments d’analyse leur permettant de mesurer les améliorations nécessaires à la prise en compte de ces risques, de se préparer à une participation active à une cellule de crise et pourront partager leurs expériences.

Pour rappel, l’Institut de Sécurité Maritime Interrégional (ISMI), rattaché à l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM) d’Abidjan, délivre des enseignements répondant aux besoins des Etats du golfe de Guinée dans le domaine de la sécurité et de la sûreté maritimes, de l’action de l’Etat en mer.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé