Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

ENVIRONNEMENT

Les nouveaux élus du bureau exécutif national des Chambres d’Agriculture du Burkina Faso ont été officiellement présentés à la presse le samedi 2 juin dernier à Ouagadougou. Le nouveau bureau a saisi cette occasion pour lancer un appel aux producteurs pour la réussite de la campagne agricole 2018-2019.

C’est Moussa Koné, président de la Chambre régional d’agriculture des Cascades qui est le président national de la Chambre nationale d’agriculture (CNA). Pour un mandat de cinq ans (2018-2022), ces nouveaux membres entendent, au cours de cette mandature, renforcer la communication en vue d’informer et d’éclairer les acteurs, gage d’une meilleure visibilité. Cela, affirme M. Koné, pour répondre à une étude diagnostique menée en 2016. Selon le président de la CNA, cette étude a montré que la majorité des chambres régionales assurent difficilement leur rôle au bénéfice de leurs ressortissants et partenaires des services publics et privés.

La troisième mandature se donne pour vision de renforcer la concertation et le partenariat. Et ce, pour permettre à la CNA d’être véritablement l’interface entre les producteurs et l’Etat ainsi que les partenaires techniques et financiers.

Aussi, le bureau national dit noter avec regret la tension qui existe actuellement entre le ministère en charge de l’Agriculture et son personnel du réseau d’encadrement. Sur la question Moussa Koné, estime qu’il est important de trouver des solutions afin que cette crise «n’hypothèque» pas la campagne agricole 2018-2019. «Si les agriculteurs n’ont pas la semence, les intrants et l’encadrement  à temps, le déficit céréalier de cette saison sera pire que celle passée. Nous sommes inquiets, et c’est tout le Burkina Faso qui est inquiet, il y va de la survie de tous les Burkinabè» fait-il savoir.

La Chambre nationale d’agriculture invite les parties à privilégier le dialogue et la concertation pour solutionner «urgemment» cette situation car, relève M. Koné, aujourd’hui tous les acteurs du monde rural sont inquiets. «La campagne est déjà là et nous avons besoin des agents du ministère pour nous accompagner sur le terrain» lance-t-il.

A noter que les Chambres régionales d’agriculture (CRA) et la Chambre nationale d’agriculture (CNA), sont des institutions consulaires investies d’une mission de service public, d’intérêt général dans les domaines agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique. Elles sont dotées de la personnalité juridique et de l’autonomie de gestion et sont placées sous la tutelle technique des ministères en charge de l’Agriculture et des Finances.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé