Aujourd'hui,
URGENT
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.
Paludisme : environ 9,8 millions de cas de  enregistrés au Burkina au cours de l'année 2016 (PNLP). 
Santé: le paludisme a tué, l'an dernier, 4.000 personnes dont 3.000 enfants au Burkina (PNLP).
Ouaga : des commerçants manifestent devant le palais de justice pour demander la libération de l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé.
Enseignement : le Président du Faso offre 3025 livres d’une valeur de 56 millions de F CFA aux universités publiques du Burkina Faso.
France: le candidat des Républicains, François Fillon, appelle à voter pour Macron au second tour.
France: Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour de la présidentielle  (Estimation).
Football:  le président de la FBF, Sita Sangaré,nommé membre de la commission de développement de la FIFA.
Immigration: partis en Libye à la recherche de l’eldorado, 154 burkinabè ont été rapatriés ce 20 avril au Burkina.
Médias: après 4 ans d’interruption, la radio rurale a officiellement redémarré ses activités, le 20 avril 2017.

MONDE

Dans un communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères envoyé le vendredi 24 février à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de l’organisation, le Maroc a demandé à adhérer à la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).



Avec cette demande d'adhésion, le Maroc entend arracher le statut de membre à part entière de la Cédéao qui lui reconnaît le statut d'observateur depuis belles lurettes.

Cette démarche intervient dans le cadre d'une dynamique affichée pour la création d'un pôle de coopération renforcée Nord-Ouest du continent africain. Une dynamique enclenchée avec notamment la conclusion d'un projet d’extension du pipeline ouest-africain entre le Maroc et le Nigeria en décembre dernier.

A noter que c'est une démarche activement entreprise à la suite de la réintégration du royaume chérifien à l’Union africaine (UA). Une réintégration effective depuis le 30 janvier dernier à la faveur du Sommet de l'organisation panafricaine à Addis-Abeba. A l'occasion, le roi Mohamed VI a clairement exprimé son attachement au rayonnement des relations de son pays avec les Etats africains.

C'est sans doute pour donner le ton dans ce sens, qu'il a entrepris une tournée africaine qui l'a conduit en Zambie, en Guinée Conakry, en Côte-d'Ivoire. Dans chacun de ces pays, beaucoup de contrats ont été signés, notamment dans les domaines de la relance économique et de l'agriculture.