Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Syndicat des travailleurs de l'action sociale (Syntas) annonce une grève de 96h à compter du 19 décembre.
Côte d’Ivoire : 4 blessés dans le crash d’un hélicoptère ce jeudi 14 décembre aux alentours de l’aéroport Félix Houphouet Boigny (aouaga.com).
Justice: «Le gouvernement espère un traitement diligent» du dossier Norbert Zongo (Rémis Dandjinou, porte parole).
Burkina: l’hebdomadaire Conseil des ministres est prévu pour ce jeudi 14 décembre 2017.
G5 Sahel: Roch Marc Christian Kaboré se rend à Paris le 13 décembre 2017 pour prendre part à une réunion internationale.
politique: démission de Larba Yarga, 2ème secrétaire adjoint aux affaires juridiques chargé du contentieux électoral du BPN du MPP.
Cinéma: «Thom» de Tahirou Ouédraogo meilleur film au festival Toukountchi
Etats-Unis:  explosion à New York, 4 blessés aucune perte en vie humaine, «une tentative d'attentat terroriste» selon le maire
11-Décembre: 5 000 défilants dont 1 700 militaires, paramilitaires et 3 300 civils ont pris part à la parade du 11-décembre 2017 à Gaoua 
11-Décembre: "Nous avons la responsabilité de bâtir ensemble une Nation prospère et respectée"(Roch Kaboré)

MONDE

Accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les 629 soldats envoyés par Brazzaville au sein de la Minusca (la Mission onusienne en Centrafrique), actuellement basés à Berberati, vont être renvoyés chez eux.


Il s’agit d’un rapatriement forcé qui intervient après un rapport accablant visant le contingent congolais. Le responsable de la Minusca auteur du rapport avait pointé de très nombreuses accusations d’agressions sexuelles portées à l’encontre des hommes basés à Berberati. Ce rapport révèle également des manquements dans la discipline et des trafics – notamment de carburants – à l’œuvre au sein de cette base militaire.

A noter que ce contingent de la force onusienne a déjà fait l’objet – depuis le début de l’année – de six de « blâmes » de la part du général sénégalais Balla Keita, commandant de la Minusca. Et dans une note confidentielle adressée en début mai dernier au général Carlos Humberto Loitey, conseiller auprès du secrétaire général de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix, le général Balla Keita notait que « malgré le rapatriement du précédent commandant de bataillon, il n’y a eu aucune amélioration du comportement du bataillon congolais ».

En effet, au cours de 2016, 120 soldats de ce même contingent ont été renvoyés à Brazzaville suite à des allégations d’agressions sexuelles sur au moins sept victimes, dont six enfants. Les éventuelles mesures prises par la hiérarchie militaire congolaise semblent n’avoir été ni assez fortes, ni assez rapides. Du reste, relève le général Balla Keita, « La situation s’est détériorée au point qu’on ne peut plus faire confiance à ce bataillon en raison de son mauvais commandement, de son manque de discipline et de ses déficiences opérationnelles ».

A noter que la Minusca compte 10 000 soldats déployés en République centrafricaine et 2 000 personnels civils. Les 629 hommes basés à Berberati étaient la seule contribution de Brazzaville à cette force des Nations unies.