Aujourd'hui,
URGENT
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018
Filière coton: le gouvernement burkinabè va injecter plus de 14 milliards de F CFA «pour sauver la filière»
Burkina: le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l’assassinat du maire de Koutougou 
Culture: La 2e édition des Nuits du Djongo se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Pô et à Tiébélé

MONDE

Les camps de la MINUSMA et de la force Barkhane à Tombouctou ont été la cible de tirs de roquettes par des assaillants déguisés en Casques bleus et venus à bord de véhicules piégés. C’était le samedi 14 avril, il y a eu au moins un mort  et une dizaine de blessés au rang des Casques bleus, et une quinzaine d’assaillants tués.

L’attaque a, semble-t-il, débuté peu après 14h (GMT et locales) sur le site aéroportuaire de Tombouctou au Nord du Mali où sont cantonnés des Casques bleus de la MINUSMA et des hommes de l’opération française Barkhane.

Dans la foulée, alors que les deux camps essuyaient une « dizaine de tirs de roquettes », des hommes portant des Casques bleus ont tenté de « s’infiltrer » dans la zone militaire à bord de deux véhicules piégés. C’est du moins, ce qu’a révélé le ministère malien de la Sécurité avec la précision que l’un des véhicules portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMA) et l’autre le sigle « UN » des Nations unies. Le premier « a explosé », tandis que le second « a pu être immobilisé ».

En réaction énergique à cette attaque complexe, quatre avions Mirage 2000 ont été envoyés depuis la base française de Niamey, au Niger, ainsi que deux hélicoptères Tigre et trois Caïman avec des commandos à leur bord, « pour contribuer à la reprise complète du contrôle » du camp et « sécuriser la piste de l’aéroport (jouxtant le camp, NDLR) afin de permettre l’évacuation sanitaire des blessés », a révélé le porte-parole de l’état-major français, le colonel Patrik Steiger qui a également confié qu’« Au moins une quinzaine (d’assaillants) ont été tués », dont certains à l’extérieur de l’enceinte du camp de la MINUSMA. Toujours selon le colonel Steiger, « Au petit matin, la situation était stabilisée »,  et sept militaires français blessés ont pu être évacués vers la base de Gao.

A travers un Tweet, chef du département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix a donné de lire : « Je déplore la mort d’un Casque bleu et plusieurs blessés suite à une attaque contre à selon rapports préliminaires. Toutes mes condoléances et mon entier soutien aux collègues. Notre détermination à soutenir la paix au reste inébranlable ». 

De son côté, MINUSMA a fait état de ce qu’un de ses éléments été tué et une dizaine d’autres blessés, lors d’« échanges de tirs ». L’élément ainsi tué, est de nationalité burkinabé. Mais les autorités maliennes et la MINUSMA rassurent que la situation est à nouveau « sous contrôle ».

En rappel, la MINUSMA est déployée au Nord du Mali depuis 2013. Elle compte environ 12 500 militaires et policiers, mais s’affiche en mission de maintien de la paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines.

Signalons qu’avant l’attaque du samedi 14 avril, elle avait perdu plus de 160 Casques bleus, dont 102 dans des actes hostiles ; ce qui représente plus de la moitié des soldats de l’ONU tués sur cette période dans le monde.

Source: Notre Afrik

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé