Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

MONDE

Une campagne de vaccination contre le virus Ebola débute ce lundi 21 mai dans la province de l’Équateur, au Nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC). C’est du moins, ce qu’a annoncé le gouvernement congolais le samedi 19 mai, au sortir d’un conseil des ministres spécial. 

Selon Flory Kabange Numbi, porte-parole par intérim du gouvernement, « La vaccination contre le virus d’Ebola débute ce lundi 21 mai 2018 et cible en premier lieu le personnel de santé, les contacts des malades et les contacts des contacts ». Précision à l’appui, « Le nombre de personnes concernées par cette phase est estimé à 600 », essentiellement les contacts et les contacts des contacts.

A l’en croire, le gouvernement congolais s’est opposé à d‘éventuelles « mesures d’isolement contre la RDC », tout en exprimant sa pleine satisfaction « de la qualité et de la rapidité de la riposte » contre l’épidémie qui est en passe de prendre une dimension nationale. Dans cette dynamique, il a reçu 5 400 doses sur les 300 000 doses promises par des partenaires pour cette opération dont la durée reste inconnue pour l’heure.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a considéré que l‘épidémie ne constituait pas une urgence de « portée mondiale ». D’un dernier bilan rendu public le vendredi 18 mai par le gouvernement, il ressort 43 cas ; alors que l’OMS faisait état le même jour de 45 cas dont 25 décédés.

Source: NOTREAFRIK

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé