Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

MONDE

Une trentaine de combattants de Boko Haram de la région de Diffa au sud-est du Niger se sont rendus, armes en mains, aux autorités nigériennes.


D’après les autorités nigériennes des ressortissants nigériens désertent en masse des rangs de Boko Haram, qui mène des attaques meurtrières depuis février 2015 contre le Niger.  « Trente-et-un jeunes de Diffa enrôlés il y a quelques années dans les effectifs de Boko Haram ont fait reddition », a ainsi déclaré le 27 décembre le ministre nigérien de l’Intérieur, Mohamed Bazoum, à l’issue d’une visite à Diffa, ville proche du nord-est du Nigeria, bastion de Boko Haram.  « Ils se sont rendus un à un et sont actuellement retenus dans un centre sécurisé », assure de son côté une source sécuritaire. Parmi eux, on compte 26 hommes et trois femmes. Une «quatrième femme de nationalité nigériane » s’est également rendue aux autorités de Diffa, a-t-elle ajouté. Les jeunes qui se sont rendus pourront bénéficier d’une amnistie et bénéficieront d’un programme de déradicalisation et de projets de réinsertion socio-économique.

C’est la première fois que les autorités nigériennes, dont le pays est attaqué par Boko Haram depuis février 2015, font état de désertion de ressortissants nigériens des rangs de Boko Haram. En janvier 2015, un responsable municipal de Diffa, avait signalé des départs de nombreux jeunes qui étaient de plus en plus attirés par les offres de Boko Haram qui leur propose jusqu‘à 300.000 francs CFA par mois environ 500 dollars par mois.

Le Niger, le Tchad et le Nigeria ont lancé quasi simultanément en juillet des opérations de ratissage contre les fiefs de Boko Haram, selon l’armée du Niger. En octobre, le gouvernement du Niger, a déclaré que ces opérations avaient donné des résultats décisifs, notamment en libérant plusieurs localités autrefois occupées par Boko Haram.