Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

MONDE

A travers une ordonnance rendue publique le lundi 6 août, le président ivoirien, Alassane Ouattara a accordé l’amnistie générale à 800 personnes condamnées ou en détention parmi lesquelles l’ex-première Dame Simone Gbagbo, les anciens ministres Lida Kouassi et Adou Assoa ainsi que le chef du protocole du président de l’Assemblée nationale Souleymane Kamaraté Koné dit Soul Soul.

Au moyen de cette ordonnance, Alassane Ouattara annonce : « En raison de mon attachement à la paix et à une réconciliation vraie, j’ai procédé ce lundi 6 août 2018 à la signature d’une ordonnance portant amnistie. Cette amnistie bénéficiera à environs 800 de nos concitoyens poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise postélectorale de 2010 ou des infractions contre la sureté de l’État commises après le 21 mai 2011, date de ma prestation en qualité de président de la République ». Précision à l’appui, « Sur les 800 personnes concernées par l’amnistie, environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leur condamnation pénale effacée. De ce fait, il sera mis fin aux poursuites à leur encontre. Il en sera de même pour les 300 autres personnes détenues qui seront libérées prochainement, au nombre de celles-ci, figurent notamment Mme Simone Ehivet Gbagbo, Messieurs Lida Kouassi, Assoa Adou, Souleymane Karamaté dit Soul To Soul ».

Se trouve ainsi prise, selon le président Ouattara, « une mesure de clémence de la Nation entière envers ses filles et ses fils ». Tout en invitant tous les bénéficiaires de cette mesure à « faire en sorte que notre pays ne revive plus jamais de tels événements et ne sombre plus jamais dans la violence », il a indiqué – à l’attention de tous les Ivoiriens – que « Nous devons tous prendre conscience de l’extrême nécessité d’installer de façon définitive une société de responsabilité où chaque citoyen doit répondre de ses actes ».

A noter que cette mesure a été annoncée à la veille de la célébration du 58è anniversaire de la fête de l’indépendance de la Côte-d’Ivoire. Une célébration « placée sous le signe d’un nouveau départ, d’une nouvelle chance ». Dans ce sens, le président Ouattara promet à ses compatriotes : « Je m’engage à maintenir le cap et être à votre écoute pour améliorer vos conditions de vie ».  

Source: NotreAfrik