Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

MONDE

Activement recherché depuis plusieurs mois, Mimi Ould Baba Ould Cheikh est mis aux arrêts ce jeudi 12 janvier, dans le Nord du Mali par des militaires de la force française Barkhane. Il est en effet, considéré comme un des organisateurs présumés de l'attentat de Grand-Bassam. Un attentat perpétré le 13 mars 2016.

Cette arrestation a été opérée dans la localité de Gossi. C'est du moins, ce qu'a révélé une source de sécurité malienne, précisant qu'il s'agit de l’un des «cerveaux de l’attaque de la localité de Grand-Bassam».

A en croire cette source sécuritaire, Mimi Ould Baba Ould Cheikh était suivi « depuis quelques mois. Il est allé un moment en Algérie. Il est revenu à Gao avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam ».
Selon la même source, « Les militaires français sont en train de l’interroger ». Il devrait ensuite se retrouver entre les mains des autorités sécuritaires maliennes.

Du côté de la Côte-d'Ivoire qui a fait les frais de son ingéniosité satanique, l'on calme que « les éléments collectés par les services ivoiriens, la collaboration avec les services maliens, l’expérience et l’équipement des forces françaises ont permis d’opérer cette grosse prise ».

Pour sa part, le ministère français de la Défense, joue la carte de la retenue, préférant sans doute attendre le cadre qu'offrira,  le 13 janvier, le sommet Afrique-France à Bamako autour notamment de la problématique de coopération dans le domaine militaire et de la sécurité. Signalons qu'un autre homme, présenté lui aussi comme un des organisateurs présumés de l’attentat et identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, est toujours recherché.

A noter qu'au total, ce sont plus de 80 personnes qui ont été interpellées en Côte d’Ivoire dans le cadre des enquêtes sur cette attaque terroriste à Grand-Bassam qui a fait suite à une autre survenue – le 15 janvier 2016 - dans la capitale burkinabè Ouagadougou où 30 morts ont été enregistrés.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé