Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

MONDE

Après certains religieux et l'opposition malienne, c'est au tour du parti présidentiel, le Rassemblement pour le Mali (RPM, parti au pouvoir) de réclamer le limogeage du Premier ministre. Allant jusqu’à menaçer Soumeylou Boubeye Maïga et son gouvernement du dépôt d'une motion de censure à l'Assemblée nationale.


Pour justifier leur démarche, ces députés du RPM, évoquent «l’échec de la politique gouvernementale en matière de sécurité.» A eux s’ajoutent deux influents leaders religieux. Notamment l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut conseil islamique du Mali et le chérif de la localité de Nioro.

Tous les regards sont désormais tournés vers le président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta, qui doit en partie sa réélection à la tête du pays à son Premier ministre. Va-t-il le sacrifier en le limogeant ? Ou va-t-il plutôt, contre vents et marées, lui renouveler sa confiance, en procédant simplement à un remaniement ministériel ? Difficile équation pour IBK dont la réponse est très attendue cette semaine.