Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

MONDE

A l'issue des discussions de la dernière chance qui lui a été offerte par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), Yahya Jammeh a annoncé à la télévision d'Etat, son départ du pouvoir.

Une annonce faite ce samedi 21 janvier à Banjul, dans un pays déjà envahi par la force militaire de la CEDEAO menaçant – avec la bénédiction du Conseil de sécurité de l'ONU - de le déloger, pour permettre à son successeur Adama Barrow élu le 1er décembre et qui a été obligé de prêter serment le 19 janvier au Sénégal voisin, de s'installer. 
Dans son allocution télévisée (la dernière en tant que président gambien) de ce samedi 21 janvier, Yahya Jammeh a laissé entendre, « J’ai décidé aujourd’hui en conscience de quitter la direction de cette grande nation, avec une infinie gratitude envers tous les Gambiens ».

A l'en croire, ce départ est dicté par sa décision personnelle. En effet, précise Yahya Jammeh, « Ma décision d’aujourd’hui n’a pas été dictée par quoi que ce soit d’autre que l’intérêt suprême du peuple gambien et de notre cher pays ».

Mais l'autre réalité, c'est que l'annonce de ce départ intervient après des semaines de crise sur fond de très forte pression – d'abord diplomatique, puis militaire - exercée par la communauté internationale avec la CEDEAO à l'avant-garde. 

A noter que c'est à l'issue d'une médiation de la dernière chance menée à Banjul par les présidents guinéen Alpha Condé et mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, que cette annonce départ du pouvoir d'Etat de la part de celui qui a dirigé la Gambie depuis 1994, a été faite.

Mais départ pour où ? L'on ne le sait pour l'instant. Tout porte à croire qu'il trouvera un point de chute sur le continent africain avec à la clef, un certain nombre de garanties gages de quiétude, ne serait-que pour un moment de sa nouvelle vie qui commence ce 21 janvier 2017.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé