Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 
Elections 2020: 1 122 554 nouvelles personnes enrôlées pour un total de 6 492 026 électeurs au Burkina Faso. 

MONDE

Depuis l’Europe où il a été contraint de regagner après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, Guillaume Soro bat le rappel de ses troupes. 

«Je viens de me poser. Depuis deux jours, j’étais privé de mes moyens de communication. J’étais obligé de passer par @Ceschod pour tweeter. À présent je suis opérationnel. Et la lutte ne fait que commencer», a lancé Guillaume Soro sur les réseaux sociaux.

«Ado a tort de faire ce qu’il fait. À présent je vais consacrer toute ma détermination à ce combat. Le combat pour l’état de droit. Le combat pour la démocratie. L’imposture ne passera pas. Je me suis trompé sur Ado et je le reconnais humblement. Je n’avais pas imaginé que le FMI formait des autocrates», a-t-il poursuivi. 

L’ancien chef de la rebellion ivoirienne est visé par un mandat d’arrêt émis par les autorités ivoiriennes. Le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Richard Adou, lors d’une déclaration télévisée, a indiqué que l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire est sous le coup d’un mandat d’arrêt international aux motifs de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics.

Sa résidence à Abidjan a été saisie. Et pour ses proches, l’accusation de tentative de déstabilisation ne vise qu’à l’écarter de la course à la présidentielle. 

«En ce qui concerne l’accusation fallacieuse de déstabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, monsieur Guillaume Kigbafory Soro ne reconnait qu’une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la République, monsieur Alassane Dramane Ouattara», répond ainsi Me Affoussiata Bamba, ancienne ministre de la Communication et proche de Guillaume Soro.

L’ancien président de l’Assemblée nationale, qui devait regagner Abidjan lundi après-midi, après une tournée de plusieurs mois en Europe, a finalement dérouté son vol vers Accra, avant de redécoller pour l’Espagne, avant de se rendre en France selon certaines sources.