Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

Le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) a tenu le vendredi 21 avril 2017 à Ouagadougou sa traditionnelle rencontre mensuelle. Le panel qui se tenait à cet effet a été consacré à la problématique du format adapté pour la réconciliation nationale. Les discussions  ont été animées par Salifou Ouédraogo de la majorité présidentielle, Mamadou Bénon de  la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), Jérôme Compaoré  du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN).

Pour le suivi de la mise en œuvre du PNDES adopté en septembre 2016, des cadres sectoriels et régionaux de dialogue, des secteurs de développement ont été décidés. Ainsi, 14 cadres sectoriels de dialogue ont été identifiés, dont le cadre sectoriel de dialogue défense et sécurité (CSD-DS). C’est dans le cadre du dispositif mis en place pour son suivi que se tient la présente revue annuelle à mi-parcours pour faire le bilan des actions mises en œuvre en 2016 afin de promouvoir une continuité de la gouvernance.

Newton Ahmed Barry

Le président de la Commission électorale nationale indépendante a rencontré, le dimanche 23 avril à Béguédo, les chefs religieux, les chefs coutumiers, les responsables des associations de jeunesse et des représentants des partis politiques en lice pour les élections municipales du 28 mai 2017. Newton Ahmed Barry était accompagné par trois Commissaires.

Voici les résultats du compte des votes pour le premier tour de l’élection présidentielle française au Burkina Faso :

« L’opinion nationale a assisté depuis quelques mois à la naissance de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER). Un regroupement issu de l’opposition politique et  composé essentiellement des partis politiques membres du tristement célèbre Front Républicain, qui de connivence avec le CDP, l’ex-parti majoritaire, ont précipité notre pays dans les méandres du chaos en initiant et en soutenant le funeste projet de modification de l’article 37 de la constitution.

Le mouvement «Brassard noir» a organisé une conférence de presse ce samedi 22 avril. L’objectif était centré sur la tenue du procès du 27 avril prochain contre le dernier gouvernement du régime Compaoré pour son rôle présumé dans les évènements des 30 et 31 octobre 2014.

Dans le cadre de ses missions d’accompagnement des médias dans le traitement de l’information liées aux questions sécuritaires, le Conseil supérieur de la communication (CSC) a mis en place un programme d’urgence sur le thème «Médias et sécurité» à la suite de rencontres d’échanges qu’il a organisées avec les media et les Forces de défenses et de sécurité. La cérémonie du lancement officiel dudit programme a eu lieu ce vendredi 21 avril à Ouagadougou.

Après trois mois passés à la tête de la Coalition  pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), Gilbert Noel Ouédraogo de l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération /Rassemblement Démocratique Africain (ADF/RDA) a cédé ce jeudi 20 avril 2017 la présidence tournante de la coalition à Rasmané Ouédraogo de la Nouvelle Alliance du Faso (Nafa). Au cours de cette séance, les responsables des partis membres sont revenus sur le bilan des actions de ladite coalition et ont répondu aux questions des journalistes.

L’opposition politique burkinabè regroupée derrière le cadre de concertation du Chef de file de l’opposition (CFOP) a décidé de réunir ses militants et sympathisants le samedi 29 avril prochain à la Maison du peuple de Ouagadougou pour un meeting pour partager avec eux son analyse de la situation nationale et évoquer les perspectives de son combat démocratique. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse ce jeudi 20 avril au siège du CFOP.

Les premiers responsables de l’Unapol, (Union-Police nationale) face à la presse ce mercredi 19 avril 2017, ont mis en garde le ministre de la Sécurité par rapport à d’éventuelles sanctions contre les policiers qui refusent d’assurer les services payés. « Si il y a une tentative de sanctionner et de rudoyer ceux qui ont eu le courage de revendiquer ce qui leur est dû, les conséquences seront incontrôlables », a indiqué le commissaire Wakilou Senou, secrétaire général de l’Unapol.

La Haute Cour de Justice va statuer sur le dossier de l’insurrection populaire, le 27 avril 2017. A la barre, sont conviés les membres du dernier gouvernement du Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao, y compris Blaise Compaoré en tant que ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, poursuivis pour « complicité d’homicide volontaire » et « coups et blessures volontaires » lors de l’insurrection populaire. Pour l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) il s’agit d’un règlement de comptes.

Depuis ce matin, les éléments du Groupement de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Wayalghin observent un mouvement d’humeur lié à la question du service payé. Suite à ce mouvement d’humeur, l’Union police nationale, à travers un communiqué, appelle l'autorité politique à régler le problème de toute urgence.

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé